[a fermer]

Avatar de l’utilisateur
JasonSlaye
Messages : 209
Enregistré le : dim. 8 nov. 2009 00:00
Localisation : Thionville
Contact :

Messagepar JasonSlaye » sam. 31 janv. 2009 20:28

voila les différents cartmodding que j'ai pu réaliser sur nes actuellement ,j'agrémenterai de descriptifs sur chacun des jeux au fur et a mesure .


Samurai Pizza Cats Fr



-Vidéo


Vous vous demandez peut-être c'est quoi ce titre bizarre là? Vous ne connaissez pas les Samurai Pizza Cats? Sur quelle planète vous restez? Razz C'était une série animée populaire au Japon au début des années 90 nommée Kyattō Ninden Teyandee. Bon, là vous vous souvenez? Non? Elle a été portée par ici sous le nom Samurai Pizza Cats? Là ne me dites pas que ça vous dit toujours rien? Non? Et bien je dois vous avouer que moi non plus je n'avais aucune idée c'était quoi les Samurai Pizza Cats. Mais grâce à ce jeu qui m'a bien plu, j'ai eu envie de découvrir cette série et c'est ce que j'ai fait. Je dois dire que c'est une excellente série que je découvre toujours au moment d'écrire ces lignes! Come on! Juste la chanson thème est assez pour nous tenir accrochés Smile Who do you call when you want some pepperoni?



Les Samurai Pizza Cats sont des chats Ninja qui combattent le crime à Little Tokyo, une petite ville remplie d'habitants avec une forme animale. Et quand tout est tranquille et que le méchant Big Cheese ne fait pas des siennes, ils s'occupent de leur pizzeria là où ils servent les êtres les plus courageux au monde, les clients Smile C'est une série humoristique qui ne se prend pas tellement au sérieux avec quelques gags tout de même assez drôle. C'est le genre de série qui peut plaire à un enfant tout comme à un adulte car certaines subtilités seront comprises que par les plus vieux.



C'est étrange d'avoir joué au jeu avant de connaître la série comme telle. Une fois que j'ai eu complété le jeu, je le trouvais bien, mais pas plus que ça. Mais c'est regardant la série que j'ai réalisé à quel point Tecmo a fait un bon travail pour recréer l'univers de ce dessin animé en jeu vidéo et ça m'a fait apprécier le jeu à un tout autre niveau. En écoutant la série, je reconnaissais le jeu, les environnements de la petite ville de Little Tokyo, les personnages, et la présentation en général. Tout était drôlement bien reproduit. J'imagine qu'un fan de la série qui avait acheté ce jeu-là dans le temps, devait être bien content.



Il faut avouer une chose, la série était quasiment prédestinée à avoir un jeu. Tous les personnages forment une belle équipe pour créer un jeu avec plein de possibilités et Tecmo a exploité chacune d'elles de belles façons. Avant de commencer chaque tableau, vous devez choisir lequel des trois Pizza Cats principaux vous voulez utiliser. Speedy Cerviche (Yattarō), Polly Esther (Pururun), et Guido Anchovy (Sukashii). Chacun avec ses légers avantages et défauts. Speedy est le chat le mieux balancé, Polly est la plus forte, et Guido le plus rapide. Mais peu importe lequel vous prenez, les différences sont mineurs et ne font pas une grande différence, surtout que le jeu est ultra facile, mais ça j'y reviendrais...



Une fois votre personnage principal choisi, vous pouvez alterner comme bon vous semble entre celui-ci et quatre autres Pizza Cats qui font partie dans la série du Rescue Team. Ce sont des chats avec chacun une habilité spéciale qui viennent en aide sur demande aux héros quand ils sont mal pris. Rikinoshin peut briser des roches, Meowzma O’ Tool peut creuser dans certaines surfaces, Spritz T. Cat peut nager avec aisance, et Bat Cat peut voler. Ne connaissant pas la série, je pensais que c'était des chats inventés de toute pièce. Et bien non, ils existent réellement et ont réellement ces habiletés dans la série! Encore une fois, bravo à Tecmo qui ont fait un beau travail pour intégrer le plus de choses de la série dans le jeu.



Une autre chose qui a été bien reproduite, c'est que chaque chat possède son attaque spéciale propre à lui comme dans la série. En tout, vous possédez 3 attaques spéciales pour chaque chat et vous pouvez les utiliser tant que vous avez du Ninpo (qui est votre sorte de barre de magie). Vous pouvez régénérer votre Ninpo ainsi que votre énergie vitale représentée par des coeurs en amassant des items sur votre chemin.



Le jeu se joue un peu comme un mélange de Mega Man et Ninja Gaiden, les fans de ce dernier vont sentir qu'ils sont dans un jeu de Tecmo. Une fois le premier tableau terminé, vous pouvez choisir l'ordre dans lequel vous voulez faire les 7 suivants. En tout, 11 tableaux avec chacun un thème différent s'offrent à vous. Avec en prime, un boss différent à la fin de chacun. Entre chaque tableau, vous avez droit à une cutscene qui fait avancer l'histoire. On ne s'étonne pas venant de Tecmo que les cutscenes soient très belles! Il y a plusieurs animations dans celles-ci et le tout est assez dynamique. Certaines scènes sont cependant un tantinet longues!



Jusqu'ici, je n'ai pointé aucun défaut et honnêtement, sans vous dire que c'est un jeu parfait loin de là, je n'y vois aucun problème majeur sauf un, c'est que c'est une véritable passoire! À ma toute première partie, j'ai terminé le jeu en ne mourant qu'une seule et unique fois! Et c'était à un boss parce que je jouais mollement car j'avais jamais aucun challenge et je commençais à le prendre un peu trop à la légère. Je crois que Tecmo, sachant qu'ils visaient un public majoritairement jeune, ont fait en sorte de mettre un niveau de difficulté très moindre pour ne pas faire peut-être la même erreur que Konami avec Teenage Mutant Ninja Turtles.



C'est tout de même drôle venant d'une compagnie qui nous on donné Ninja Gaiden, où il y a pratiquement toujours des ennemis juste mal placés pour nous faire chier, comme un oiseau juste avant un trou, de voir comment en revanche, dans Samurai Pizza Cats, il n'y a pour ainsi dire rien pour nous embêter la vie. Le jeu ne fait absolument rien pour nous faire chier! Vous tombez sur des pics ou de l'acide? C'est pas plus grave que ça, vous perdez un peu d'énergie. Vous tombez dans un trou? Pas grave! Généralement vous ne mourrez pas car ça aboutit à quelques part. Vous tombez dans l'eau? Pas grave, tous les chats peuvent nager. Les items comme les coeurs pour régénérer votre énergie reviennent constamment si vous quittez l'écran et revenez. Le système de détection des ennemis envers vous est passablement permissif (et c'est très bien).



Vraiment, ce jeu est une passoire pour un joueur moyen. C'est bien beau avoir accès à 5 chats avec chacun son habilité, pouvoir voler, nager, creuser, mais dans un jeu aussi facile, ça nous sert surtout de façon passive et jamais d'une façon vitale pour rendre le tout plus important. Ha oui! J'allais oublier! En plus, il y a des mots de passe qui vous permettent de reprendre la partie au tableau où vous étiez! J'allais les oublier car jamais ils m'ont servis!



J'ai toujours considéré qu'un bon défi honnête dans un jeu était une grande qualité. Mais j'avoue aimer aussi les jeux qui sont faciles mais plaisants. Et Samurai Pizza Cats entre très bien dans cette catégorie. C'est le genre de jeu que tu peux jouer sans te casser la tête, simplement pour le plaisir qu'il procure. C'est un jeu visuellement très beau et agréable à parcourir. Chaque tableau a son thème unique, toujours avec des arrière-plans bien remplis, dont certains vraiment très beaux pour du NES. La variété d'ennemis est bonne et originale. Le level design, dans sa simplicité, est agréable, et en rejouant plus d'une fois, j'ai découvert des petits secrets ici et là dans les tableaux. Quelques tableaux ont plus d'un chemin différent que vous pouvez prendre.



Samurai Pizza Cats est un jeu assez méconnu par ici, étant sorti seulement au Japon. Mais c'est un jeu solide et agréable à jouer pour passer le temps sans se frustrer et avoir le goût de lancer la manette dans la TV. Si vous aimez pas les jeux trop difficiles et êtes à la recherche de quelque chose d'amusant et visuellement plaisant pour les yeux, je vous recommande fortement de jeter un coup d'oeil sur celui-ci. Je l'ai assez apprécié pour l'acheter complet sur eBay, bien qu'il soit assez cher. J'y reviens de temps en temps, il a un petit quelque chose d'attachant. C'est comme tout ce qu'un bon jeu d'action peut avoir mais sans la difficulté frustrante qui pourrait venir avec.


-Mr Splash!



-Vidéo

Historique :

Tout d’abord, revenons aux origines du jeu.
En 2007, la chaîne câblée japonaise Mondo 21 propose à un producteur de télévision, M. Kabayashi, de créer une émission portant sur les vieux jeux vidéo.
M. Kabayashi ne maîtrisant pas bien le sujet se tourne alors vers l’un de ses amis, Inukai «Poligon » Hiroshi qui exerce chez e-sport en tant que programmeur.
Les deux réfléchissent sur un concept d’émission et il leur vient l’idée de proposer aux téléspectateurs une émission à mi chemin entre la télé réalité et le documentaire qui montrerait le processus de fabrication d’un nouveau jeu 8 bits pour la Famicom.
L’émission s’appellera « Game Generation X » et l’équipe en charge de la réalisation du jeu se nomme « Project F ». Cette équipe de Gamers dirigée par Inukai « Polygon » Hiroshi a pour défi de concevoir en deux mois un jeu dans la pure tradition Famicom.
L’émission remporte un franc succès et le jeu sera proposé en tirage limité (101 exemplaires). Son nom : Mr Splash !



La cartouche Mr Splash! version famicom



Quatre ans plus tard, la jeune maison d’édition Omaké books dirigée par Florent Gorges décide d’adapter ce jeu collector japonais pour la nes française. Il reprend contact avec Inukai «Poligon» Hiroshi et décide de produire 50 exemplaires du jeu. Ces cartouches Mr Splash ! ne seront pas proposées à la vente mais à gagner par le biais de tirages au sort, concours, jeux etc…


La cartouche Mr Splash! version nes


Le jeu :

Mr Splash est un Vs. Game ce qui veut dire qu’il ne peut se jouer qu’à deux.

L’objectif du joueur est de marquer des buts dans le camp de l’adversaire à l’aide de ballons.

Le terrain étant un bassin d’eau, les deux personnages, Jack et Dino, doivent récupérer des rochers sur le bord et les jeter sur les ballons pour les diriger vers le but de l’adversaire.

D’apparence très simple, le jeu n’en est pas moins stratégique car il faut jeter les rochers selon un certain angle et une certaine force sur les ballons pour les déplacer ; un peu à la manière du billard.

Ainsi, la puissance de projection du rocher, les remous des vagues et les différents angles de jets permettent une belles palettes de coups et rendent le jeu très subtil.

Ainsi, plus on reste appuyé sur le bouton, et plus le jet de rocher sera fort (les « L.shoot »). En revanche lorsqu’on charge ce coup puissant, le personnage est ralenti dans son mouvement.
Si les deux personnages tentent de se déplacer tout en chargeant leur super coup, leur course vers les ballons ressemblent à une vrai course d’escargots.

On distingue deux zones dans la « cage » de son adversaire: une zone « large » et une zone plus petite, grisée (la cible).
Un ballon rentrant dans la zone « large » vaut un point tandis qu’un ballon rentrant dans la zone grisée (la cible) en vaudra trois.
De plus, si l’on effectue un shoot puissant et long (« L.shoot ») et que le ballon atterrit dans la cible, alors les points peuvent être de trois ou six points.



-Blade Buster




-Vidéo


Blade Buster est un caravan stage qui propose deux modes, un de deux minutes et un de cinq minutes. Comment au bon temps des caravan mode dispo sur les shmups Hudson de la PCE...Dont les concepteurs se sont très vraisemblablement inspirés, au grand bonheur des amateurs de défi dans le temps...

Caravan par définition, le but est de détruire le plus possible mais également de débusquer les bonus cachés et d'obtenir les bonus spéciaux après une destruction totale d'un groupe d'ennemis, d'un ennemi plus résistant avant qu'il ne s'échappe ou même avant qu'il ne se forme...Bref tous les ingrédients des Caravan Shooting sont bien là, et au vu du résultat, tous ceux qui ont passé des heures et des heures à toujours vouloir gratter quelques centaines de points avant la fin du chrono sur PCE peuvent sans hésiter tenter le défi de Blade Buster...

Votre vaisseau dispose d'un tir qui à son maximum balaie dans six directions, décidément les modes "Tmie Attack" de la série des "Soldier" ont vraiment inspiré les auteurs !

Le rythme du jeu est soutenu, rapide et nerveux, le jeu est très maniable (vous avez le choix entre 3 degrés de vitesse pour votre engin) et les deux boss sont très impressionnants pour une NES : d'énormes sprites détaillés, animés comme il se doit (notez l'absence de ralentissements et de clignotements, même quand l'écran est chargé), bref un shmup qui pourrait jouer dans la même cour que Recca ou encore Gun Nac, si seulement...

Si seulement Blade Buster n'était pas qu'un Caravan ! OK, c'est cool les modes "Time score", mais je persiste et signe : le mode Caravan n'est pas suffisant à composer un jeu à part entière, il n'est guère qu'un option...Ah si seulement les auteurs avaient développé à côté un "full game" de cette qualité...Mais hélas, leur définition du "full game" ne doit pas être la même que la mienne ! Je n'arrive pas à me départir d'une certaine déception...

M'enfin, ça reste quand même un très bonne réalisation, et finalement il y a une cohérence : le mode 5 minutes s'achèvera dès que le niveau sera fini et le second boss vaincu...Alors je me console en me disant que c'est un peu comme une démo de shmup très prometteuse...Je m'en vais surveiller les concepteurs, car qui sait, un jour peut-être sortiront-ils un shmup complet...

La note ci-dessous est objective et correspond à la réalisation globale, de très haute tenue. Mais l'interêt général est bien moindre du point de vue de votre dévoué...

source smup:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=1409


-Crisis Force



-Vidéo

Crisis force est un shooter vertical et propose 7 niveaux. Ce chiffre peut paraitre bas, mais vu la longueur des niveaux, on ne peut qu'y trouver son content. Les décors sont d'une beauté rare sur la famicom. Des levels parfaitement lisibles, des éléments du décors très distincts et magistralement réstitués composeront votre périple. Chaque stage est très différent des autres, on a droit au survol d'une ville, survol d'une étendue de feu, inévitable section spatiale... Bref du classique, mais du TRES BEAU classique.

source smup:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=804

-Titan warriors (Unreleased Games)



-Vidéo

Ca se passe en 1988, sur NES, Capcom USA décide de faire une suite à Vulgus, sur des bases de gameplay totalement nouvelles, ne gardant pour tout dire que la trame scénaristique : en 2258, le pilote Jack Wolf, héros du premier épisode, est rappelé pour botter les fesses de Vulgus qui tente d’envahir à nouveau notre système solaire, 4 ans après son premier échec. Z’avez remarqué ? 2254/2258 et 1984/1988, le temps du scénar’ correspond au temps réel, tout le monde s’en tamponne mais moi j’adore !!!

source smup:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=1272

-Super mario bros 2 lost levels



-Vidéo:

Sorti exclusivement au Japon (sur Famicom Disk System), ce titre est le "vrai" Super Mario Bros. 2. Graphiquement quasiment identique à son ainé, SMB2 est nettement plus difficile. C'est d'ailleurs la raison principale qui a fait que le reste du monde a été privé de cette suite, remplacée par un Super Mario Bros. 2, au gameplay très différent. Toutefois, ce Mario de susbstitution est basé sur un autre jeu conçu par Shigeru Miyamoto : Doki Doki Panic, dont les sprites des quatre personnages jouables furent remplacés Mario Luigi, Toad, et la Princess Toadstool.

-recca summer carnival 92



-Vidéo

Recca est sorti en 1992 sur Famicom et, comment dire... est sûrement le Batsugun de la NES. Oui, vous avez bien lu: j'ose faire une analoige entre un jeu 8 bits et Batsugun en tant que père du manic. Pourquoi ? Tout simplement parce que Recca est un jeu irréel pour une NES.

source smup:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=873

- Earthbound Zero Traduit en français





-Vidéo



Voici un jeu étrange… et à jeu étrange, étrange destinée. Commençons par le jeu lui-même : EarthBound était un jeu de rôle bizarre mais original qui se déroulait dans l’Amérique des années 80 et non pas dans un univers médiéval fantastique ou futuriste. Surfant sur la vague des films fantastiques de l’époque, le titre met en scène un jeune garçon et ses amis qui enquêtent sur des événements paranormaux et des poltergeist. Sur son chemin, le groupe rencontre des hippies, des extraterrestres et d’autres personnages étranges se servant de pouvoirs psychiques et d’ustensiles ménagers comme armes (quand on vous disait que le jeu était étrange…). Techniquement, la cartouche est sortie au Japon, mais la version occidentale de ce titre NES innovant n’a jamais vu le jour officiellement. Non seulement le jeu était fini et traduit pour le public anglophone, mais Nintendo avait même déjà fabriqué le packaging et le matériel marketing… Malgré tout, à la onzième heure, Nintendo Amérique a fait le choix douteux d’annuler Earthbound (la version Japonaise s’appelait «Mother»). La raison principale était que la NES arrivait en fin de vie et que la Super Nintendo allait sortir l’année d’après. Les grosses têtes de Nintendo ont donc considéré que le jeu ne serait pas rentable. Nintendo a finalement sorti EarthBound, ou Mother 2, au Japon, pour la super NES en 1995 et le jeu a été considéré comme la suite du jeu original jamais sorti.

source erenumerique.fr:http://www.erenumerique.fr/les_meilleurs_jeux_qui_n_ont_jamais_vu_le_jour_-art-1274-2.html

- Final Fantasy 1 Traduit en français





-Video

Final Fantasy, premier du nom... Qui ne connaît pas l'histoire de ce jeu, développé en 1987 par Squaresoft, qui était alors une petite boîte au bord de la faillite financière ? Dans un dernier élan, afin de ne pas couler définitivement, Square a alors mobilisé ses dernières ressources pour développer un jeu dont le concept serait résolument novateur... Et l'histoire a bien fait les choses, ce premier opus a connu un tel succès au Japon que la firme à pu rebondir de plus belle, jusqu'à devenir à l'heure actuelle un des leaders du marché du jeu vidéo ! Qui l'eût cru à l'époque !?

Pourtant la version originale de la Famicom (la NES japonaise) est, comme tous les jeux de cette époque, d'une difficulté sans nom. Le système de jeu, quant à lui, est en tout point précurseur de ce qui se fait aujourd'hui dans les FF : système de combats aléatoires au tour par tour, level-up des persos, exploration poussée et quelques sous-quêtes - même si l'on est loin d'un FFX-2 à ce niveau, cela va sans dire Smile

Au niveau du jeu original, la NES/Famicom ne permet pas des prouesses graphiques démesurées, mais a quand même marqué le pas comparé à tout se qui se faisait jusque là. Les musiques et les orchestrations, bien qu'elles aussi bridées par les piètres performances de la machine, offrent quand même de fort jolis thèmes, dont certains deviendront récurrents tout au long de la saga FF.

source final fantasy world :http://www.ffworld.com/?rub=ff1

-Final Fantasy 2 Traduit en français



-Vidéo

Après l'énorme succès généré par Final Fantasy, il devint évident pour Squaresoft de renouveler l'expérience, ce qui est encore à l'heure actuelle une conséquence inévitable quand le moindre produit culturel enregistre un succès encourageant. Il faut se dire aussi que si Square n'avait pas voulu opté pour un second épisode (qui dans ces circonstances aurait été une décision on ne peut plus idiote), on n'en serait pas arrivé là ! Ainsi donc, Final Fantasy II voit le jour sur NES le 17 décembre 1988, soit pratiquement un an après le premier épisode. Malgré les quelques références à celui-ci, FF2 a creusé un certain fossé avec son prédécesseur, sûrement à la surprise des premiers fans de la série.

source ffdream.com :http://www.ffdream.com/ff2.html

-Final Fantasy 3 Traduit en français



-Vidéo

Sorti le 27 avril 1990 au Japon sur NES, ce troisième volet fut l'épisode le plus méconnu de la saga pendant seize ans. En effet, le jeu n'aura jamais franchi les frontières du Japon à sa sortie, et aucun remake n'aura été prévu jusqu'en 2006, année de l'annonce du jeu porté sur Nintendo DS. Pourtant, FF3 réalisa un excellent score de vente à sa sortie au Japon en 1990 avec plus d'un million d'exemplaires de cartouche vendus (eh oui, ces fameuses grosses cartouches, toutes carrées, toutes laides, vous vous souvenez ?...^^). Contrairement à ses deux aînés, FF3 ne sortira pas non plus sur la console portable Wonderswan, à cause du succès mitigé de la console. Durant toutes ces années, FF3 n'aura donc été accessible qu'en émulation pour les joueurs (non-Japonais, cela va sans dire), avec son moteur NES devenu très pénible et sa difficulté légendaire. Un remake grand public devint donc urgent afin de faire connaître au monde entier l'un des épisodes-clé de la saga.

source ffdream.com :http://www.ffdream.com/ff3.html

- Faxanadu Traduit en français



-Vidéo


vous incarnez un vaillant et courageux héros Elfe qui revient chez lui après un long périple puis constate que sa chère petite capitale elfique est sans dessus dessous.

Le Roi des Elfes lui apprend alors que les Nains sont la cause de toute cette agitation, notre héros va donc devoir partir seul dans une espèce de croisade anti-Nains afin de ramener la paix sur le monde des Elfes. J'en conviens, le scénario est loin d'être tiptop (il ne manquait plus qu'une tunique verte ainsi qu'une Princesse à sauver et on se serait cru dans un Zelda) mais ce jeu se rattrappe de bien des façons.

D'abord par ses musiques tout bonnement excellentes (ce qui est un exploit pour un jeu 8bit) puis par sa jouabilité plutôt variée (sans pour autant être prise de tête) et enfin par sa difficulté etonnament bien dosée (le fait de pouvoir reprendre de l'énergie nous aide vachement). Si vous êtes amateur de rpg et qu'un peu de plate forme (ou devrais-je dire quelques phases sauts qui peuvent se reveler assez chiantes) ne vous font pas peur, je ne peux que vous conseiller de jouer à Faxanadu.

- Legend of Zelda Outlands



-Video

Il n’y a pas longtemps, j’ai découvert une personne qui a achevé son projet qui est un exploit ! Son projet est Zelda Outlands. Mais qu’a-t-elle fait pour qu’elle ait le mérite d’avoir une rubrique consacrée à son projet ? Et bien, elle a réussi à dépasser Mr. Miyamoto ! Elle a entièrement refait les graphismes de zelda1 et ainsi changé le scénario, l’écran titre à tel point que le jeu diffère complètement ! Ainsi, c’est Zelda qui vous donne la première épée dans un palais. Certains trouveront cela inutile tandis que d’autres se dépêcheront de télécharger la ROM. Et oui ! Car il s’agit d’un jeu hacké. L’histoire est pourtant simple :
Link part à la recherche de huit fées dans un royaume parallèle à Hyrule, afin d’y conjurer un maléfice tendu par le Thunderbird.
Voilà l’histoire courte.

source zeldaforce:http://www.zeldaforce.net/index.php?section=dossiers&d=10

- Battle of olympus Traduit en français



-Vidéo

L’histoire se passe à la période antique (l’Antiquité, quoi), dans la Grèce du même nom. C’est une terre et une époque de légendes, de mythes (enfin, à notre époque c’est devenu des légendes et des mythes, à ce moment-là ils ne devaient pas les considérer autrement que comme de vulgaires faits divers…).
Vous incarnez Orphée. Vous aimez Hélène. Vous vivez tous les deux à Elis. La mer est bleue, le soleil brille, les olives poussent et les criquets font du bruit. Peace and love et moussaka pour tout le monde.

Le malheur frappe insidieusement à votre porte sous l’apparence d’un serpent (tiens, un serpent avec des mains ?), lequel enfonce un jour ses crocs venimeux dans la chair délicate de votre douce et tendre.
Au lieu de se contenter de décéder sous l’action du poison, Hélène se métamorphose en statue. Ce serpent devait avoir des calculs rénaux pour causer pareil effet !
Vous pleurez, vous êtes malheureux, votre vie n’a plus de sens, plus de sel, plus de piment… mais ça fera bien dans le jardin, cette statue. A quelque chose malheur est bon. Pour égayer les barbecues du dimanche, peut-être.

Or, Aphrodite, accorte déesse de l’amour et de la fécondité, aux lèvres pulpeuses et aux mamelles pleines (je m’égare !), vous prend en pitié, et vous révèle sur l’oreiller (je suis toujours égaré…) que l’âme de votre Hélène adorée se trouve… aux Enfers ! Domaine du dieu Hadès, qui apparemment s’est entiché de votre fiancée et se trouve fort satisfait de la situation en l’état

source emunova:http://www.emunova.net/veda/test/2081.htm

-D Pad Hero



Un homebrew nes ca vous tente ? Réalisé par deux fanas de guitar hero,. Au programme du culte, avec Michael Jackson, Les guns n roses et enfin les daft punk

- super contra 7:



-Vidéo

un hack de super contra c en viendrais vous a bout pas sur tellement la difficulté a étais élever pour hardcore gamer !!!

- Chronicle of the Radia War Traduit en français


un RPG Dans la plus pure tradition jap méconnu , bien dommage car il mérite de l'être surement du au fais qu'il n'ai pas sortie en europe mais seulement au japon sur famicom, a avoir un must !

- Bubble Bobble Part2



-Vidéo

L'histoire officielle est plus terre à terre. Deux copains des brontosaures (sic) Bub et Bob ont été kidnappés par le baron Von Bubbla qui a envoyé plein de monstres affamés et de mauvaise humeur mettre le souc dans la forêt. Dans la notice américaine, les deux brontosaures parlent d'ailleurs en argot américain (re-sic). Enfin, peu importe les prémices, ils ne changent rien au jeu. Un jeu au principe tout simple qui tient dans un écran. Dessinez un contour et les bases d'un intérieur avec des couleurs fluos ou pastel, mettez-y deux dragon-brontosaures qui sautent et font des bulles, ajoutez-y des monstres rikiki et bullophobes, plein de fruits bonus et d'objets aux propriétés bizarres qui apparaissent aléatoirement, multipliez tout ça par 113 (nombre de niveaux) et encore par deux pour les têtes dures (difficulté supplémentaire) et vous obtenez un truc bête comme chou qui fait pourtant figure de titre culte auprès de pas mal de joueurs qui n'ont semble-t-il qu'une connaissance superficielle des autres jeux vidéo.

- Adventure of lolo 3 Traduit en français



-Vidéo

Lolo est donc une boule bleue avec des yeux, des petites jambes et des petits bras, qui vit au pays d’Eden avec la princesse Lala. Un jour, le cruel roi Egger enlève Lala, et Lolo décide de prendre le château d’assaut pour libérer sa boule rouge bien aimée. Voilà pour le scénario. C’était bien la peine de se fatiguer à en concevoir un…

Chaque niveau se présente comme un tableau fixe rempli de blocs, certains pouvant être déplacés, et d’autres non. L’objectif prioritaire est de ramasser tous les items marqués d’un cœur, ce qui actionnera l’ouverture du coffre. Il faudra alors se ruer sur le coffre pour ouvrir la porte de sortie du niveau. On note également un certain nombre d’ennemis présents sur chaque tableau, certains immobiles, d’autres nettement plus vindicatifs. Lolo ne dispose au départ d’aucun moyen de défense. Néanmoins, certains items marqués d’un cœur lui permettront de se doter de deux projectiles magiques. Lorsqu’on tire sur un ennemi, ce dernier se transforme en œuf durant une dizaine de seconde. Il arrive que certains ennemis bloquent l’unique passage que peut emprunter Lolo. Il suffit alors de tirer une deuxième fois sur l’œuf pour l’expédier hors de l’écran. Le monstre exilé réapparaîtra à son ancien emplacement au bout d’un certain temps mais Lolo aura alors eu largement le temps de passer. Un autre item trouvé dans les cœurs est un marteau qui permet de détruire un rocher présent à l’écran. Lorsque tous les cœurs ont été ramassés, tous les monstres du tableau se lancent à la poursuite de Lolo et il est alors impératif de gagner le coffre au plus vite. Lolo offre une cinquantaine de salles en forme de casse-tête chinois de ce style, dont la difficulté va croissante. Si on parvient suffisamment loin dans le jeu, la moindre manipulation malheureuse d’un bloc ou le moindre faux mouvement peut définitivement empêcher le petit personnage de terminer le niveau en cours.

- Megaman5 Traduit en français



-Vidéo

On s'en serait douté, il va falloir de nouveau affronter huit Robot Masters après avoir traversé leurs niveaux. Stoneman vous attend au fin fond d'une carrière, Chargeman dans un train lancé à vive allure, Waveman au cœur d'un barrage, Starman en haut d'un observatoire, Gravityman dans un niveau où vous marcherez au plafond (!), Gyroman sur un héliporteur, Crystalman dans un monde de cristal, forcément, et Napalmman au milieu de la jungle (c'est d'un goût douteux...). Une fois ces huit-là défaits, vous devrez traverser la forteresse de Protoman sur quatre niveaux, puis une autre forteresse. Je n'en dis pas plus mais ceux qui ont joué au 4 comprendront le principe.
Toujours est-il que vous pouvez toujours choisir de traverser les huit premiers niveaux dans l'ordre qu'il vous plaira, sachant qu'un cheminement logique existe (sur le papier). En effet, un boss vaincu vous laisse son arme, qu'un des robots restants craint particulièrement (sur le papier).
Le Blue Bomber se dirige toujours au moyen des boutons A pour sauter - ou glisser en maintenant bas - et B pour tirer - que l'on peut maintenir chargé pour de plus gros dégâts.

Quid des nouveautés ? Il y en a une ou deux. Votre bestiaire s'enrichit d'un nouveau compagnon déjà. Beat, un oiseau qui fonce automatiquement sur les ennemis proches, vous suivra à condition que vous récoltiez dans chaque niveau l'une des lettres de ROCKMAN 5 (je ne sais pas si ça a été traduit en occident). Rush, lui, est toujours là ; par contre Flip-Flap/Eddie a semble-t-il disparu.
Deuxièmement, les M-tankers font leur apparition. Ceux-là vous allez les adorer, puisqu'ils permettent de recharger TOUTES vos armes secondaires d'un coup, sans avoir à sélectionner l'arme qu'on veut recharger.
Enfin, la gestion des collisions a un peu changé, en bien comme en mal. Bad trip, vous perdez désormais votre puissance de tir si vous vous faites toucher lorsque vous chargez votre arme. À l'inverse, très bonne initiative, vous ne tombez plus lorsque vous vous faites toucher sur une échelle. Et ça, ça n'a pas de prix ! (Pour tout le reste il y a Eurocard-Mastercard, mais vous le saviez déjà.)

- Adventure Island 4 Traduit en français



-Vidéo( la vidéo proposer n'ai pas en fr mais le cartmodding lui est bien fr Wink )
Je participe très peu au forums. Je suis un ancien admin qui utilise maintenant le forum pour écrire es tutoriels et partager ses créations :2269859545:

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » dim. 1 févr. 2009 23:18

-Bahamut Lagoon Traduit en français

-Vidéo

Bahamut Lagoon, sorti en 1996 et développé par Squaresoft, est l’un des derniers jeux de la firme sorti sur Super Nintendo mais aussi un des meilleurs. Il s’agit d’un tactical-RPG classique mais magnifique qui vous transporte dans un monde magique où les dragons cohabitent avec les humains.
Un scénario classique mais un développement intéressant

Vous incarnez donc le chef de l’escadron Dragon de l’empire de Kana, un royaume qui dès le début du jeu est pris d’assaut et envahi par l’empire contrôlé par l’empereur Sauzer. Ce dernier souhaite conquérir le ciel et devenir l’homme dont parle une vieille légende: celui qui pourra parler aux dragons sacrés et ouvrir la porte d’une nouvelle ère. L’aventure débute donc pour vous qui souhaitez libérer les villes sous le contrôle de l’empire, chacune de ces villes se situant sur des lagons dans les airs.

Vous allez ainsi de combat en combat, l’histoire est plutôt bien pensée et autour de vous s’articule d’autres histoires ayant pour centre vos compagnons. Par exemple, vous découvrirez vite que vous et la princesse de Kana êtes liés par un sentiment fort mais que Palpaléos (un général de l’empire) fait aussi partie de cette relation. Ainsi, de nombreux personnages secondaires ont une histoire propre et chaque personnage a une personnalité bien distincte.
Un système de combat fort intéressant

Comme dans tout tactical-RPG qui se respecte, vous contrôlez vos personnages sur une carte et pouvez leur faire effectuer diverses actions très classiques pour la plupart (attaque, magie, objet…). Cependant, certains personnages possèdent des attaques un peu plus originales comme les invocations de dragons sacrés ou des magies aléatoires. Mais l’originalité et l’intérêt de Bahamut Lagoon en combat ne se situent pas au niveau des personnages mais des dragons. En effet, chaque groupe de personnages (4 par groupe) possède un dragon qui le suit, et c’est dans ce dernier que se situe ledit intérêt. Ainsi, vous pourrez les nourrir (avec des armes, armures et autres herbes magiques que vous collectez en combat) de manière à faire augmenter leurs statistiques et leur pouvoir, et cette évolution pourra avoir un effet sur leur apparence physique (certains ont vraiment la classe vers la fin de leur évolution).

Cependant, on peut regretter que lorsqu’ils arrivent au bout de leur évolution (et que leurs statistiques sont au maximum), ils reprennent quasiment leur forme de départ (on aurait pu s’attendre à mieux). Mais l’évolution des dragons a aussi des effets sur vos personnages et ceux-ci acquerront des magies plus puissantes en même temps que leur dragon. Enfin, il est aussi regrettable que l’on puisse contrôler les groupes mais pas les dragons: en effet, vous avez juste la possibilité de leur demander de vous suivre ou d’aller attaquer les personnages qu’ils veulent, ce qui donne parfois lieu à des erreurs tactiques.
Une bonne durée de vie mais un jeu trop dirigiste

Vous l’aurez compris, Bahamut Lagoon propose un système des plus intéressant. Cependant, le jeu ne vous laisse quasiment aucune liberté et vous êtes dirigé de bataille en bataille après avoir regardé quelques scènes explicatives, parlé à divers personnages et nourri vos dragons. Heureusement, dans le menu d’avant-combat, vous pouvez participer à des batailles bonus qui permettent de faire exploser les statistiques de vos personnages. Ainsi, arrivé aux alentours du chapitre 9 (car le jeu est divisé en chapitres), je possédais deux dragons de niveaux maximum, et quand on sait que le jeu contient une vingtaine de chapitres… Ça peut surprendre, mais heureusement, même avec d’excellents dragons les derniers combats restent assez complexes et le boss final se révèle être un bon challenge. Ainsi, le jeu jouit d’une assez bonne durée de vie (environ 20 heures).
Une réalisation graphique des plus impressionnante

Sur le plan graphique, le jeu est magnifique et c’est l’un des plus beaux qu’il m’ait été donné de voir sur Super Nintendo (après Tales of Phantasia). Les couleurs sont magnifiques et contribuent à renforcer l’atmosphère de quête épique et héroïque du jeu. On sent que les gars de chez Square maîtrisent leur sujet et presque tout est parfait. Cependant, certaines animations de combat sont moyennes et les invocations sont très très basiques. En effet, lors de ces animations, on voit une image de dragon (superbe en l’occurrence) agrémentée de quelques effets spéciaux, mais l’image est statique et il aurait été plus sympa d’animer ce dragon. Mais bon, on ne va pas cracher dessus puisque tout le reste est superbe et notamment les animations des magies.
En conclusion

Bahamut Lagoon est donc un très bon jeu servi par un bon scénario et un système de combat fort original. Cependant, il se révèle assez simple une fois qu’on a compris le système des dragons, et sa linéarité est plutôt embêtante pour les joueurs expérimentés qui lui préféreront peut-être Ogre Battle, moins beau mais beaucoup plus dur ou bien encore Shining Force sur Megadrive. Mais si vous aimez le genre et que vous voulez passer une vingtaine d’heures agréable sans trop de prises de tête, n’hésitez pas, téléchargez-le. Et si vous n’aimez pas le genre, et bien… Téléchargez-le quand même! Il est tellement bon que vous prendrez goût aux T-RPG. De plus, le patch de traduction est avancé et permet de franchir la barrière de la langue. Alors n’hésitez pas et foncez, Kana a besoin de vous!


-Star Océan Eng



-Vidéo

Ratix, Dorn et Milly sont trois adolescents vivant dans le petit village de Clatos, sur la planète Roak. Alors que les deux premiers se la jouent défenseurs du petit peuple en protégeant le village des monstres et des bandits, Milly se contente d’être éperdue de Ratix. Tout est beau tout est frais, jusqu’à ce qu’un étrange mal affecte les habitant d’un village au nord. Toute personne infectée se transforme en pierre, et c’est ce qui arrivera au père de Milly ainsi qu’a Dorn. C’est donc en toute logique que Ratix et sa compagne partent à la recherche de l’herbe de Metox, sensée guérir tous les maux. Bien entendu, tout ne se passera pas comme prévu, et nos deux amis croiseront sur leur chemin d’étranges personnages se présentant comme membres de la Fédération Terrienne. Très en avance technologiquement, ces « extra terrestres » (façon de parler) semblent en savoir long sur la fameuse maladie ayant touché Dorn…
C’est sur une Super Famicom en fin de vie qu’Enix décide de sortir Star Ocean, histoire de nous montrer de quoi la console était capable. Complètement renversant graphiquement parlant, le jeu se payait en plus le luxe de se la jouer Space Opera, chose extrêmement rare à l’époque. Le gameplay n’était pas en reste, puisque le système de combat ne proposait rien de moins qu’une alternative simili 3D à Tales of Phantasia. Pour un premier coup officiel dans le monde du RPG, le studio Tri Ace frappe très fort, et Star Ocean reste encore aujourd’hui un très grand jeu sur lequel on revient avec plaisir.

-Zelda parallel Worlds Eng






-Vidéo

Vous êtes un chasseur de trésor d'un autre pays. Vous avez bougé ici avec votre ami, afin de trouver des trésors bien sûr ! Beaucoup de choses ont commencé à arriver peu de temps après avoir emménagé ici.
Sept personnes sorties de nulle part sont questionnés au sujet de la Tour parallèle par les habitants du village Kakariko. La Tour parallèle se trouve dans les îles célestes au nord-est du village. La légende concernant cette tour a été perdue, et les anciens savaient la légende.
Word commence à diffuser des informations sur le Tour parallèle, et les gens ont commencé à en apprendre davantage sur la légende. La légende dit qu'elle a été le produit d'une longue guerre et qu’il y a un pouvoir, connu sous le nom de Triforce, qui existait au sommet de celle-ci. On raconte que personne ne connaît les indices sur la façon d'arriver en haut de la Tour, et que les sept personnes connaissent ces "indices" de la Tour.
Le roi a été informé de l'existence de ces sept personnes et il les invite au château pour savoir ce qu'ils voulaient avec la tour. Juste la nuit avant laquelle les sept personnes ont eu une audience avec le roi, son assistant, Draegor, élimine le roi et réclame le trône par défaut.
Les sept personnes ont foncé dans un piège évident. Draegor, a capturé les 7 personnes et les oblige à lui dire ce qu'ils savent au sujet de la Tour.
Lorsque le peuple apprit le sort du roi, une force rebelle se rassembla secrètement pour comploter contre Draegor. La force rebelle apprit que deux personnes capturées par Draegor sur les sept sont encore en vie et emprisonnés dans la maison de garde. Ils ont rapidement rallié tous ceux qui pouvaient être intéressés par la Tour et les habitants pour aider ces dernières 2 personnes.
Vous et votre ami avez entendu parler de ce plan et êtes prêts à aider les rebelles à combattre Draegor.
La nuit de l'opération commence l'histoire...

Avant de commenter le scénario, il faut savoir que Hyrule Magic, le logiciel permettant de hacker la rom, impose quand même des limites, aussi bien au niveau du gameplay que du scénario (certains événements sont programmés dans le cadre de A Link to the Past, aussi est-il assez difficile de se démarquer du scénario du jeu original.
Et pourtant, on a bel et bien un scénario original, qui présente peu de similitudes avec le jeu d’origine. Ce scénario est par ailleurs assez riche.

-BS Zelda Traduit en français





-Vidéo

Il est tout à fait normal que vous ne connaissiez peut-être pas cet épisode de la saga Zelda étant donné qu'il est sorti uniquement au Japon. Mais je vous rassure tout de suite, vous n'avez pas raté grand chose. En effet, il s'agit seulement du remake de The Legend of Zelda sorti dans les années 80 sur NES. Ici nous sommes sur la Super Famicom, appelé communément Super NES dans nos contrées et à cette époque au Japon, existait un petit gadget nommé SatelliView. Qu'est-ce ? Eh bien, cela se plaçait sous la Super NES et ça permettait de télécharger des jeux inédits uniquement par satellite stockables ensuite sur cartouches vierges. Ainsi, bon nombre de jeux ont porté l'appellation BS qui signifie en fait Bandaï Satelliview. Zelda n'y a pas échappé et c'est durant quelques semaines de l'année 1995 que ce BS Zelda a pu être téléchargé à raison d'une petite partie du jeu toutes les semaines. Nintendo pensa un jour le sortir sur cartouche mais le projet fut finalement abandonné. Mais grâce à l'émulation, nous pouvons redécouvrir ce titre un tantinet oublié...

Mais qu'est-ce que c'est Zelda au fait ?

Eh oui, tout le monde ne connaît pas. Pour faire simple, Zelda est un jeu d'aventure/action/RPG où vous dirigez un petit elfe habillé de vert nommé Link. Et Zelda, c'est la princesse que vous devrez la plupart du temps aller sauver. Le principe est simple : armé de votre épée, c'est de donjons en donjons que vous devrez affronter des ennemis redoutables afin de libérer la Triforce, symbole de paix, des griffes du mal. Au fil des épisodes, la saga s'est enrichie pour enfin devenir l'un des plus grands succès vidéoludiques de Nintendo. Mais revenons à BS Zelda...

Nouveautés :

Bs Zelda a beau être le remake de The Legend of Zelda, on peut remarquer bon nombre de différences avec le jeu initial. Déjà, ce sont les graphismes qui étonnent tout d'abord : Nintendo les a totalement relooké afin de donner un rendu visuel plus honorable à la Super NES. Mais ce n'est pas tout, la carte du monde est vraiment plus petite et les donjons ont tous été refaits. Grosse nouveauté aussi : la présence d'une horloge. Celle-ci vous suivra tout au long de votre aventure et suivant l'heure (en temps réel) qui s'affichera à l'écran, divers évènements interviendront dans votre quête. Exemple, à la 15éme minute, tous les ennemis à l'écran seront éliminés ou bien à la 33éme minute, une fée apparaîtra régénérant votre capital de vie ou autre exemple, de la minute 40 à 45, vous aurez droit à des bombes infinies etc... Sachez aussi que désormais un plan sera mis à votre disposition pour vous repérer. L'emplacement des donjons y est indiquée. A part cela, c'est du Zelda tout qu'il y a de plus basique. On enchaîne les donjons un à un : sur ce point là, ça n'a pas changé d'un poil.

-Chrono Trigger Traduit en français



-Vidéo

Chrono est un jeune garçon dont les passe-temps consistent à dormir ou à s'entraîner avec son katana en bois. Il vit dans la ville de Truce dans le paisible royaume de Gardia.

Un beau matin de l'an 1000 a lieu la foire du millénaire, une fête unique en son genre puisqu'elle célèbre les mille ans du royaume. Elle se déroule à la place de Lynne, nommée en hommage à une ancienne reine de Gardia. Lucca, une amie d'enfance de Chrono, passionnée par les machines, y présente sa dernière invention. Chrono s'y rend ainsi que tous les habitants de Gardia. Il bouscule par mégarde une jeune fille, Marle, qui fait tomber un pendentif. Chrono le lui rapporte et les deux jeunes gens font connaissance. Puis ils se rendent ensemble au stand de Lucca voir son invention, le Télépod, qui permet de se téléporter de quelques mètres. Chrono l'essaie et se retrouve téléporté instantanément d'un point à l'autre de la machine. Mais lorsque vient le tour de Marle, le pendentif qu'elle porte se met à réagir étrangement avec l'engin et la jeune fille disparaît dans un vortex. Chrono ramasse le pendentif encore présent et décide de partir la secourir. Il se retrouve 400 ans en arrière au Moyen-Âge. Marle, confondue avec la reine Lynne par les gens, accueille Chrono au château de Gardia avant d'être apparemment effacée du continuum espace-temps.

L'histoire navigue ensuite entre sept époques et autant de cartes différentes. Les conséquences des changements temporels y sont exploitées, nourrissant une trame narrative d'une grande richesse. Chrono et ses camarades y découvrent un ennemi qu'ils tentent de vaincre. Celui-ci semble être lié à l'ensemble de l'histoire de la planète, depuis la préhistoire jusqu'à un futur lointain.

-Star Fox 2 Bêta Traduit en français





-Vidéo

Après sa défaite dans le premier Star Fox, Andross revient dans la galaxie de Lylat et lance une attaque contre Corneria, en utilisant sa nouvelle flotte de cuirassés et de missiles géants lancés à partir de bases sur des planètes pour détruire Corneria. Le général Pepper appelle de nouveau l'équipe Star Fox pour obtenir de l'aide. Armée de nouveaux Arwings, d'un Mothership et de deux nouvelles recrues (Miyu, un lynx, et Fay, un chien), l'équipe Star Fox doit défendre Corneria avant que Andross n'utilise ses forces pour donner des dommages critiques à Corneria. En cours de route, Star Fox doit aussi lutter contre des ennemis, des cuirassés d'Andross menaçant la planète Corneria, les membres de l'équipe Star Wolf, et enfin Andross lui-même.
Gameplay [modifier]

A la différence de Starwing, dont le déroulement par niveaux successifs suit des couloirs prédéfinis et imposés au joueur, Starfox 2 laisse une plus grande liberté au joueur, tant sur le déroulement général que sur les phases de jeu en 3D libre.

Tout d'abord, la carte du système solaire est plus qu'un itinéraire prédéfini, mais réellement un plan de bataille dans lequel le joueur peut se déplacer n'importe où afin de libérer les planètes colonisées par Andross, détruire les missiles fonçant sur la planète Corneria, ou se ressourcer dans le Vaisseau Mère. Le seul allié de l'équipe sera le poste de défense de l'armée de Corneria, pouvant éventuellement détruire des ennemis ou des missiles.

Suivant les obstacles rencontrés, le joueur devra faire face à des défis très variés :

* En attaquant un cuirassé ennemi, le déroulement de la mission suivra un couloir, à l'image des niveaux de Starwing, et se termine par la destruction du réacteur du vaisseau.
* En partant à la rencontre de groupes d'ennemis ou de membres de l'équipe Star Wolf, il faudra détruire tous les adversaires avant qu'ils ne s'échappent, dans une phase en 3D libre.
* En se dirigeant vers une planète, il faudra y détruire une base d'Andross. La partie extérieure demandera de déverrouiller les accès à la base ; et à l'intérieur de cette dernière, il faudra détruire un générateur. Cette phase de jeu au sol en 3D libre permet de passer en mode "Walker" : les ailes de l'Arwing se replient et deviennent des pattes, permettant de se déplacer à vitesse plus réduite et plus librement qu'en Arwing.

Des boss peuvent intervenir en cours de partie et ont pour mission de détruire la planète Corneria. Ils apparaissent sur la carte, et le joueur devra les affronter obligatoirement.

A la différence des troupes d'ennemis, les membres de l'équipe Star Wolf interviennent chacun séparément, et à des zones stratégiques. Ils n'ont pas pour but de détruire Corneria, mais suivent les déplacements du joueur.

A noter que la bataille spatiale continue pendant que le joueur est engagé dans une phase de jeu. Ainsi, les troupes d'ennemis ou croiseurs qui ne sont pas engagés dans une bataille avec l'équipe Starfox continuent d'avancer vers la planète Corneria.

-Nightmare Busters Plus réaliser du fais que le jeu sort Grâce a Crisse et la Super Fighter team:

http://www.superfighter.com/




-Vidéo

Nightmare Busters est un jeu qui mélange plate-forme et shooting, à l'image d'un Contra ou encore d'un Super Turrican (deux jeux qui ont su marquer la Super Nes de leur empreinte).
On contrôle Flynn et Floyd, deux lutins situés entre le Leprechaun et le Chapelier Fou de Lewis Caroll dans le livre « Alice au Pays des Merveilles ». Ils ont pour but de chasser les cauchemars des rêves des enfants. En effet depuis peu un certains nombres d’êtres maléfiques, tels des trolls ou encore des gnomes, ont décidé de hanter le sommeil de nos chères petites têtes blondes. Pour accomplir cette noble cause, 5 niveaux bourrés d’action et d’obstacles en tout genre les attendent. Mais attention, ils n’auront pas l’éternité devant eux et chaque zone sera chronométrée. Le jeu est donc dans un style très « arcade » où le but est simple : massacrer tous les êtres hostiles en travers de notre passage. Pas de retours en arrière possibles, pas d’objets à rechercher pour avancer, il faut juste progresser de manière très linéaire jusqu’à la fin du niveau.


Il faudra faire face à de nombreux pièges...


Pour ce faire, Flynn et Floyd disposent d’un bon panel de mouvements. Ils peuvent attaquer en lançant des cartes qui pourront ensuite être remplacées par d’autres projectiles plus puissants ramassés ça et là tout au long de l’aventure. Les magies sont également de la partie, en nombre limité, mais qui pourront également croître en récupérant des items disséminés un peu partout. Il y en a trois sortes : le tourbillon, l’explosion et une énorme sphère qui parcourt tout l’écran. A noter que ces magies se révèlent redoutables, particulièrement contre les boss. A part cela, nos héros au grand chapeau peuvent s’accrocher aux plates-formes, effectuer une glissade à la manière de Megaman ou encore « dasher » pour traverser les pièges ou faire très mal aux ennemis qui ont eu la mauvaise idée de leur barrer la route. Cependant, il faudra trouver le temps de remplir la jauge pour se concentrer et pouvoir libérer le dash, ce qui n’est pas toujours évident, dans le feu de l’action. La possibilité de tirer vers le haut et le bas se révèlent salvatrices en de nombreuses occasions et toute la palette de mouvements de nos personnages est fortement mise à contribution.

-Megaman et bass Traduit en français



-Vidéo

Il est probable que vous n’ayez jamais entendu parler de Rockman & Forte. Et pourtant il s’agit très certainement de l’un des volets les plus aboutis de la saga. Comment cela se fait-il ? Et bien en réalité, ce jeu a une histoire toute particulière. Tout d’abord, vous devez savoir qu’il s’agit du neuvième volet de la série classique des Megaman (débutée sur Nes). Après un Megaman 7 assez réussi (sur Super Nintendo lui aussi), la série s’est (logiquement) poursuivie sur Playstation. Mais en 1998, stupeur, le neuvième épisode est publié sur Super Famicom ! Que s’est il passée ? En fait, Rockman & Forte est la réponse de Capcom aux nombreux fans nintendomaniacs inconditionnels du héros bleu. En effet, sachant que le public prêt à acquérir une nouveauté était bel et bien présent, le géant japonais n’a pas hésité à prendre le train de l’évolution des consoles en marche arrière et à préparer une bonne surprise à ses fans. D’autant plus que la Super Famicom bénéficiait en 1998 d’un regain d’intérêt au Japon, car d’une part les consoles 32 et 64 bits ne comblaient pas entièrement les joueurs (disparition de certains type de jeu comme par exemple la plate-forme 2D, etc …) mais aussi et surtout car Nintendo y a sorti une toute nouvelle Super Famicom ! Bref, tout cela pour vous dire que Rockman & Forte, sorti uniquement au Japon, n’est pas un épisode antérieur à la saga des Megaman X (1993), mais bien postérieur ! Il s’agit donc d’un jeu contemporain de la N64 et de la PSX et finalement assez récent.


A la vue des 8 épisodes précédents de la série classique, on pourrait craindre de retrouver le gameplay habituel, c’est à dire celui de Megaman 1 sur Nes ! Bonne surprise, il n’en est rien (il aura quand même fallu attendre le neuvième épisode, notez bien !). Dès le départ, vous devez choisir entre Rockman et Forte (nom japonais de Bass). Ce choix est relativement important, puisqu’il ne vous sera plus possible de changer de perso par la suite. Chacun des 2 protagonistes proposés possède ses propres qualités. Celles de Rockman sont immuables : sauter, glisser et tir concentré. Celles de Forte sont nouvelles : double saut, courir, tir continu et tir dans toutes les directions. Inutile de vous le cacher, Forte est bien plus fort que Rockman, et jouer avec lui sera plus facile. Enfin, je vous rappelle qu’il n’est nulle question ici d’up-grade (pour que Rockman puisse courir par exemple). Les capacités des héros n’évolueront donc pas (en réalité, ceci n’est pas tout à fait vrai mais j’y reviendrais par la suite). Le jeu débute par un niveau d’intro classique et somme toute banal. Il met cependant en place le scénario, qui pour une fois fait preuve d’originalité. Un Bad Guy, King, a volé les archives informatiques du Dr Light (le créateur de Rockman). Ces dernières contenaient des informations sur tous les robots que Rockman a combattu au cours des 8 épisodes précédents. Le plan de King est de reconstruire tous les boss des précédents épisodes de Megaman afin de devenir le maître de l’univers (rien que ca !). Le Dr Light, catastrophé, dépêche sur place ses 2 fidèles robots, Rockman et Protoman. Mais King est bien balèze et met sa pâtée a Protoman (ne vous inquiétez pas pour lui, c’est un robot, il en a vu d’autres !). C’est alors que vous intervenez. Si vous jouez Rock, vous partirez mettre fin aux agissements de King et devrez ramener les 100 CD volés. Si vous avez décidé de contrôler Forte, vous pourrez aussi ramener les 100 CD, mais votre but sera simplement de prouver que VOUS êtes le plus fort des robots (je rappelle ici que Forte est un robot du Dr Wily, vilain de son état). Bon, en réalité, comme d’hab’, c’est bien effectivement le Dr Wily qui est derrière tout ca, mais au niveau du scénario, il n’y a pas trop de différences à jouer avec Rock ou avec Forte. En revanche, du fait de leurs capacités différentes, tout ou presque les oppose. Par exemple, de nombreux CD ne peuvent être récupérés que par l’un ou par l’autre. Ce qui signifie que vous devrez en fait recommencer l’aventure une deuxième fois (ce qui est tout benef’ pour la durée de vie du soft). Un inventaire complet des CD récupérés permet de consulter la fiche descriptive de chacun des boss de la série (à la manière d’un Pokédex lol). Enfin, un magasin offre de nombreux bonus qui se monnayent en boulons (!). Ceux-ci permettent d’améliorer les capacités des héros en leur fournissant quelques nouveaux équipements mais aussi et surtout divers moyens afin de localiser les CD les mieux planqués.



Le déroulement du eju est lui aussi différent des précédents volets de la série. En effet, le système des 8 boss à affronter d’entrée a disparu au profit d’un système d’embranchements. La victoire sur un boss ouvre alors de nouveaux niveaux, augmentant en chaîne les possibilités (regardez la capture d’écran ci-dessus pour y voir plus clair). Il n’en reste pas moins qu’il est indispensable de battre tous les boss, et que ceux-ci ont bien évidemment une faiblesse face à l’arme de l’un de leur confrère (pour l’ordre, c’est par ici la soluce). Enfin, avant les niveaux de fin du jeu, il y a un petit et inhabituel niveau de réflexion, qui permet de découvrir toutes les possibilités offertes par les armes secondaires. Comme on le voit, ce Rockman & Forte est très riche en nouveautés, et ceci est d’autant plus surprenant que la série des Megaman est considérée comme l’une des séries les plus figées de l’histoire du jeu vidéo !



D’un point de vue technique, ce volet est bien entendu supérieur aux précédents, y compris Megaman 8 pourtant sorti sur PSX. Les musiques, qui sont l’un des habituels points forts de la série, sont bien dans le ton et très agréables (bien qu’un peu enfantines, notamment en comparaison de Megaman X). Les graphismes sont très beaux. Ce n’est pas le meilleur de la Snes, mais c’est tout de même plus qu’honnête. Les sprites sont souvent énormes (pour le coup beaucoup plus importants que dans Megaman X) et l’animation très travaillée. A la finale, le rendu est formidable et fait honneur tant à la Super Famicom qu’au héros bleu au Mega-Buster. Quant à l’aventure, elle est longue et le challenge est prenant. Il vous faudra notamment beaucoup de flair et de persévération pour réunir les 100 CD et disposer ainsi d’une banque de données complète. A noter aussi l’intervention de très nombreux personnages secondaires de la série, tels que Roll, la sœur de Rock, Rush, Auto, Beat ou bien encore Treble .Bref, Rockman & Forte est un jeu conçu à la demande des fans et cela se ressent. D’ailleurs, il a connu un joli succès mérité au pays du soleil levant.

source:http://www.generation-snes.fr/Tests/Megaman9/


-Super Mario RPG Traduit en français



-Vidéo

1996, la SNES connaît ses dernières heures et crache toutes ses tripes. C'est à ce moment que l'association entre Squaresoft et Nintendo est au mieux avec la création d'un RPG dans l'univers de Mario.

Bowser (toujours lui) a (encore) enlevé Peach (toujours elle)
Bowser a enlevé Peach, et Mario doit aller la sauver... Scénario habituel, trop, mais Square nous concocte une petite surprise...
Alors que vous venez juste de sauver Peach et êtes encore face à Bowser dans sa forteresse, un nouveau personnage arrive... Ni une, ni deux, tout le monde dehors, même Bowser qui devient alors SDF...

RPG ???
Comme son nom l'indique, Mario RPG est un... RPG (signé Squaresoft). Nous retrouvons donc les grands principes des RPG à savoir que vous ne dirigez pas que Mario, mais toute une équipe (dont Mario fait partie bien évidemment ^^) que Browser himself finira par rejoindre (il faut bien qu'il récupère son château le pauvre). Les combats se déroulent au tour par tour et vous offrent comme possibilités coups normaux/spéciaux, magie, utilisation d'objets... On continue dans le classicisme avec points de vie et points "de magie" sans oublier les multiple statistiques définissants nos cher héros qui évolue au fils du jeu en gagnant de l'expérience à force de se battre. Bref, c'est un RPG complet, mais Mario RPG apporte sa petite touche d'originalité pour les combat : réappuyer sur le bouton d'attaque lors de l'impact pour infliger 2 fois de dégâts !!! De la même manière, vous pouvez réduire de moitié les dégâts que vos ennemis vous infligent. Je ne vous cache pas qu'une fois qu'on a pris le coup, vos combats deviennent bien plus efficaces.

Sauce plates-formes
Mais la grosse différence avec les autres RPG est votre manière de parcourir le monde... Mario RPG ne renie pas les origines du plombier et la carte du monde se parcours comme dans un Super Mario World. Plus fort encore, une fois votre "niveau" choisit, vous allez le parcourir grâce à une vue isométrique de la même manière que pour un jeu de plate-formes (en courant, sautant...), vous voyez donc vos ennemis, si vous rentrez en contact avec eux, vous les affronterez alors comme dans un RPG (voir ci-dessus).

Un univers made in Nintendo
Bien que réalisé par Squaresoft, on retrouve toute l'ambiance magique et l'univers de Mario. On retrouve ainsi les fleur et autre champignon en tant qu'objet, on retrouve les tuyaux pour voyager, la majorité du bestiaire et plein de clin d'oeil aux précédentes aventures du plombier. Côté technique, Mario RPG est de la même trempe qu'un Donkey Kong Country : c'est beau, détaillé et ne dénature pas l'esprit Mario. Les musiques et autres bruitages sont également de qualité, mais n'ont pas grand chose à voir avec du FF (esprit Mario oblige). Terminons sur le seul véritable point noir du jeu : sa simplicité. Pas dur, plutôt court, Mario RPG est clairement destiné aux fans de Mario et aux non-initiés du RPG, il est d'ailleurs excellent pour une première approche au genre. Il n'en reste pas moins sympathique et très plaisant à jouer.

-BS Radical Dreamers Traduit en français



-Vidéo

Et bien comme promis dans ma review de Chrono Trigger, je reprends mon clavier pour vous parler de Radical Dreamers ! Cependant, je ne vais que parler du jeu en lui même. Les imbrications entre lui, Chrono Trigger et Chrono Cross seront abordées beaucoup plus tard lors d'un billet spécial spoil qui y sera dédié Langue tirée

Pour ceux qui se posent la question, le titre du jeu façon Chrono n'est pas moi, je l'ai volé sur le net sans scrupules. Niark !

Radical Dreamers: Nusumenai Hōseki est un jeu de Squaresoft, proposant une aventure du genre de la célèbre série des livres dont vous êtes le héros. Il a été distribué au Japon uniquement sur Super Nintendo par St. GIGA via l'accessoire que nous n'avons jamais vu, le Satellaview. Heureusement pour nous, le jeu a été traduit par des fans en anglais mais aussi en français.


Lynx, has come to town, has come to save, the Princess... Nan, mauvais jeu...
Derrière cet énorme titre de paragraphe honteux et inapproprié se cache une référence incongrue que seuls les initiés comprendrons (dont, je l'espère, Mayeki). Lynx est le grand méchant du jeu. Et à part qu'il est méchant et qu'il tue des gens on en sais très peu au début. Vous commencerez l'aventure dans la peu de Serge, suivant Kid et Magil à l'assaut du manoir Viper, vous formez le groupe des Radical Dreamers ! Lynx a pris le contrôle de ce manoir et en a éliminé tous les occupants ou presque afin de s'emparer d'un trésor légendaire qui serait caché dedans. Bien entendu nos trois larrons sont aussi à la poursuite de ce trésor, mais pas seulement, si ?


Lynx awakening...
Bref, on part dans ce jeu avec peu d'informations, pourtant, son principe même (du texte, du texte et encore du texte) est voué à nous en fournir de plus en plus et c'est bien ce qu'il se passe. Doucement mais surement un trame assez complexe se dévoile (même si elle n'a pas vraiment le temps d'être développée, on sent le gros potentiel). En même temps, on découvre de petits éléments disséminés dans le jeu qui évoquent Chrono Trigger pour un final assez sympathique, il faut le dire.


Apoca-Lynx...
Techniquement, le jeu n'a pas grand chose à se reprocher. Mais n'a rien d'exceptionnel, après tout, on se contente de lire du texte. Les illustrations sont très discrètes et les quelques arts des personnages ne sont pas plus reluisants. Le jeu mise tout sur son texte et son ambiance. Car il y a bien une ambiance. Elle viens peut-être du côté un peu sombre de l'aventure. Ou peut-être que les musiques et effets sonores, discrets, mais efficaces, soulignent de façon subtile l'oppression et l'angoisse constante que ressent Serge. Peu importe, l'important est que cela marche. Vous devriez passer quelques heures intéressantes avec ce jeu (5 ou 6 peut-être). Le gameplay quand à lui ne nécessite pas vraiment d'être décrit. Vous aurez un paragraphe décrivant chaque situation et une liste de choix possible à choisir. Parfois de façon chronométré, parfois fatal, en tout cas, cela reste bizarrement palpitant.


Serge, Kid et... Magil ?
Moui, mais qui est Magil ? Vous le saurez en jouant. Ce jeu est très court et peu développé. Il reste cependant suffisamment bien fichu pour mériter son petit coup d'œil. Bien sûr, cela n'a plus grande valeur si vous n'êtes pas intéressé par la série des Chrono. C'est un peu triste à dire mais sans ses liens évident avec cette série, je ne pense pas que ce jeu m'aurait autant plût. Donc je le conseil plutôt aux fans et rien qu'à eux ! Pour moi, cela a été une bonne expérience, pour d'autre, cela n'aura que peu d'intérêt...

-Final Fantasy 6 Traduit en français



-Vidéo

Final Fantasy 6 (Final Fantasy 3 aux Etats Unis, car ils en ont traduit 1 sur 2 et les ont « renumérotés », intelligent… Comme si chez nous Final 7 s’était appelé Final Fantasy 1 !) est l’un des jeux qui à propulsé Squaresoft au top des éditeurs, avec d’autres hits SNES comme Front Mission ou Chrono Trigger. Il existe une version « refaite » pour la PSX avec les passages clef (comme l’intro, l’opéra…) en cinématique de la qualité qu’on connais à Square, mais les on y gagne aussi les loadings dus au support cd.

L’histoire :
1000 ans après la première guerre de la magie, un féroce empire essaye d’imposer sa loi sur le monde. Après une introduction avec une musique sublime, vous commencez à jouer Terra, Bigs & Wedge (clin d’œil aux deux co-pilotes de Luke dans Star wars, on les retrouve dans FF7 et 8 également), tous trois dans des Armures Magitek qui viennent attaquer un village des rebelles. Terra est sous contrôle de l’empire contre son grès. Inconsciente après un combat, elle est récupérée par Locke le voleur, et ils vont tout deux aller chercher de l’aide pour la rébellion dans le château de Figaro auprès du prince Edgar et de Sabin. La grande aventure commence !!!

Niveau technique :
Les graphismes sont très bons, il y a de nombreuses animations souvent très fun. Le nombre de monstres différent est élevé, et la carte en mode 7 rend très bien. Les musiques sont magnifiques (celles de FF7 sont bonnes mais moins, Le 8 a Liberi Fatali et le Carnaval, mais les thèmes généraux sont pauvres, il reste le 9 qui lui aussi à de magnifiques thèmes pleins d’émotion), les bruitages bons… De plus comme c’est un jeu cartouche: Il n’y a aucun loadings ce qui est quand même confortable vu le nombre de combats que vous aurez à faire. Du très grand Squaresoft !

Le jeu :
Niveau Gameplay, c’est du Final Fantasy avec pas mal de différences par rapport aux plus récents :

Le système de magie: On y retrouve les mêmes magies que dans les autres (26 Invocations dont Bahamut, Ramuh, Odin… Et plus de 60 sorts). Chaque Final ayant son système (jobs dans le 5, Matérias dans le 7…), FF6 se démarque par la liberté laissée au joueur: Vous avez des Espers (les êtres magiques avec lesquels ont fabrique la magie) que vous placez sur vos persos (nombre illimité, il y a de la place pour tout les Espers en même temps sur chaque perso). Lorsque vous finissez un combat, les ennemis morts vous donnent de l’or, de l’XP et des points de magie. Une fois que vous avez eu le nombre nécessaire de points de magie (certains sorts s’apprennent plus vite que d’autres, il est plus simple d’apprendre « fire 1» que « ultima » ce qui semble logique), vous avez appris le sort, il est sur votre perso à vie, et vous pouvez refiler l’Esper à un autre pour qu’il l’apprenne à son tour ce qui est moins long que de multiplier les Matérias !!. Les Espers peuvent être invoqués à raison d’une fois par combat, par exemple quand un perso possède Odin (qui vous apprend la magie Meteor), il peut l’appeler pour trancher tous les ennemis. Les invocations sont par contre moins dévastatrices que dans les FF suivants et vous les utiliserez moins souvent. Ce système de gestion de magie est vraiment excellent, c’est à mon goût le meilleur avec les jobs de FF5 (repris dans FF Tactics d’ailleurs).

Les limites : Il n’y à pas de limites comme dans les FF suivants, mais lorsque vos persos sont sérieusement blessés, ils frappent beaucoup plus forts. L’un des rares points où FF6 est inférieur aux suivants !

L’équipement : Chaque personnage peut porter casque, bouclier, armure, arme et surtout 2 reliques. Les reliques sont des items magiques qui vous donnent des résistances au poison par exemple, certaines sont vraiment puissantes comme le Moogle Charm qui annule tout les combats aléatoires ou celle qui vous permet de porter deux armes! Il y a un bouton « Optimum » qui choisit en automatique les armes & armures idéales pour votre perso parmi celles dont vous disposez. On est loin des quelques armes de FF8…

Liberté jamais vue : Passé la première partie commune, arrivent 3 scénarios « linéaires » (ou le groupe va se séparer) puis le rassemblement ou le monde va subir un grand préjudice, (la carte du monde va même en changer, les continents seront découpés et mélangés) et votre équipe sera fragmentée. La deuxième partie (la plus longue) commence : Il vous faudra récupérer tous vos personnages un par un, et dès que vous avez récupéré le perso qui possède le dirigeable, vous pourrez faire ce que vous voulez !!! Récupérer les autres personnages, re-explorer toutes les villes qui ont changées depuis la catastrophe, les nombreuses sous quêtes, tout les donjons… La seule limite sera votre level (vous pouvez aller direct au donjon final par exemple mais ce n’est pas conseillé).

Les persos : Alors là, ça cartonne, pas moins de 13 persos !!! Il y en a vraiment pour tous les goûts. Chaque perso à part les 2 « cachés » possèdent sa (ou ses) sous-quête(s) non obligatoire(s) pour en découvrir plus sur son background. Vous pouvez faire des équipes de 4 parmi les persos suivant :

Terra : (Tina dans la version jap) Mi femme mi Esper, elle est à la recherche de son passé (hum, Cloud…). Elle débute avec de la magie et peut se transformer.
Edgar : Le roi de Figaro, personnage pouvant utiliser des « tools » comme perceuse, tronçonneuse… Lors des combats
Sabin : Le frère d’Edgar. Un maître en arts martiaux qui peut utiliser des « Blitz », des coups spéciaux à faire avec la manette comme dans un jeu de combat
Locke : Le voleur au grand cœur. Il peut bien sur… Voler des objets ! (Hum Djidanne…)
Mog : Le moogle (vous savez les petites bestioles blanches avec une antenne à boule rouge). Il peut utiliser des danses de moogle.
Shadow : Le Ninja. Il peut lancer des armes et des objets spéciaux (shurikens, bombes…)
Cyan : Le chevalier à la recherche de sa famille disparue. Il peut utiliser des techniques d’épée (une sorte de bushido magique).
Celes : Un ancien général de l’empire qui rejoint la rébellion. Elle peut annuler les sorts ce qui peut se révéler fort utile, mais attention au timing sinon c’est les vôtres qu’elle va annuler !
Setzer : Le joueur (entendez par là « Gambler », poker, dés…). Il est riche, possède un dirigeable et peut lancer des attaques spéciales de Gambler.
Gau : L’enfant sauvage. Il faudra « l’apprivoiser » pour jouer avec lui. Il peut apprendre les techniques des monstres.
Strago : Un vieux sorcier. Il peut apprendre les magies des monstres (une liste différente de celle de Gau).
Relm : La nièce de Strago. Elle peut « peindre » les ennemis et en faire un double qui le combat.
Umaro : Un des persos cachés (mais pas dur à trouver). Un yéti. Il est très fort mais vous ne le contrôlez pas pendant les combats, il joue « tout seul ». Il peut lancer vos personnages sur l’ennemi tel un catcheur, ce qui fait très mal (mais sans danger pour l’autre perso)
Gogo : C’est l’autre perso caché au fin fond d’une grotte oubliée. Gogo est un Mime : Au lieu d’avoir combat, magie, items et le truc spécial du perso comme choix lors des combats, vous pouvez lui mettre ce que vous voulez du moment qu’un autre perso de votre équipe l’a. Du coup il peut utiliser les tools d’Edgar par exemple, et lancer des sorts qu’il n’a pas appris.

Bilan : Un jeu très long (monde vaste avec de nombreuses villes, qu’il faudra revisiter lors du passage au deuxième monde), profond et intéressant (des tonnes de trucs cachés), comprenant des nombreuses idées reprises par la suite dans les autres FF, surtout le 7 (comme le Colosseum, les « Weapons », la transformation du boss final… ) Une fin qui dure plus de 15 minutes, un chef d’œuvre musical par Nobuo Uematsu…. Bref un must ! A découvrir absolument !

-Super Metroid Redesign



-Vidéo

Avis à tous les fans de Metroid, et plus particulièrement à ceux qui ont eu la chance de jouer à Super Metroid, voire qui l´ont fini et qui le connaissent bien.
Les hacks sont souvent oubliés du monde des jeux car il s´agit souvent de modifications mineures n´ayant pas de but précis, mais il faut savoir qu´il existe des grandes exceptions, et Super Metroid: Redesign en fait partie.

Le jeu pourrait se vanter sans problème de s´appeler Super Metroid 2 s´il avait été officiel. 2 ans environ ont été nécessaire à sa réalisation, et j´ai moi-même rédigé un petit guide qui permet de ne pas se retrouver perdu dans le jeu. (Mais qui n´explique cependant pas les pures bases du jeu, donc il faut connaître Super Metroid, ce qui n´est pas une corvée, au contraire, jetez-vous dessus si c´est pas déja fait et que vous y avez jamais joué)

-Breath of fire Traduit en français



*L'histoire*:


Il y a longtemps, la paix avait été maintenue pendant des siècles par le Clan des Dragons qui pouvait se transformer en puissants monstres. Un jour, ils découvrirent une Déesse qui pouvait exhaussée tout leurs souhaits. Le désire du pouvoir a eu pour effet de séparer le Clan des Dragons en 2 groupes : les Dragons de la Lumière et les Dragons Noirs, chacun se battant pour acquérir le pouvoir de la Déesse.

Un membre du clan des Dragons de la Lumière, avec 7 de ses compagnons, ont voulu empêcher la destruction de leurs propre mondes, utilisant 6 clés magiques, ils emprisonnèrent la Déesse dans un autre monde.

Maintenant, des siècles ont passé, et les Dragons Noirs détruisent tout sur leurs passages pour retrouver les clés qui ont servis à emprisonner la Déesse autrefois. Le temps est venu pour un jeune membre des Dragons de la Lumière de se battre pour le future de son peuple.


Zog et ses troupes forment les Dragons Noirs

*Test* :

Breath of Fire est un RPG classique, en effet vous devrez, vous et 7 autres personnages, sauver le monde de Zog, l'empereur du clan des Dragons Noirs. Le jeu commence sur un drame, les troupes de Zog envahissent votre village. Votre soeur Sara, pour sauver son peuple et son jeune frère transforme le village entier en pierre et affronte Jade, le général des troupes de Zog. Quelques temps après, le village redevient normal, et les villageois se demande où est passer Sara. Elle a disparu avec les troupes de Zog. C'est alors que vous incarnerez Ryu, le frère de Sara, pour contrer les plans de Zog et retrouver votre soeur.



Sara protégeant son peuple


Le scénario de ce jeu est classique, certes, mais on aime bien ce genre d'histoire dans les RPG. Il n'y à pas de rebondissements en temps que tels mais dès qu'on commence le jeu, on veut toujours aller a la prochaine destination. On connais Squaresoft pour leurs histoires captivantes dans la série des Final Fantasy mais il faut avouer qu'ici, l'histoire ne marquera pas la mémoire du joueur. Elle est bonne, mais sans plus.

Maintenant, le système de combat. Les combats sont simples et au style de Super Mario RPG (sans la qualité graphique ^_^). Les PV des perso ainsi que de l'ennemi ou du boss sont représenté par une grosse bar qui, vous l'aurez deviné, baisse au fur et a mesure que vous faites ou recevez des dommages. Étant donné qu'il y a 8 persos au total, et que seulement 4 sont aloués en combat, vous aurez 4 autres persos en réserve que vous pourrez échanger en combat. C'est au tour par tour, ce qui, d'après moi, rend les combats assez faciles.


Voici un boss bien corsé

Comme je viens de le dire, il y a 8 personnages en tout dans le jeu. Voici une bref description sur chacun d'eux.

Ryu : Le héros du jeu, il fait parti du clan des Dragons de la Lumière et il peut se transformer en divers dragons. Il est puissant mais n'est pas le plus fort, mais attention, ses transformations sont tout simplement puissantes.

Nina : Fille du roi du peuple de Windia. Elle se joint à Ryu assez tôt dans le jeu. Comme dans tout bon RPG, la petite qui n'a pas beaucoup de PV et de défense... mais elle possède des magies blanches des plus utiles.

Bo : Un homme-loup qui joint l'équipe peu de temps après Nina. Il possède quelques magies et, plus tard dans le jeu, sera un des plus forts du groupe.

Karn : Un voleur qui possède l'abilité d'ouvrir presque n'importe quelle porte verrouillé. En combat, assez puissant et très rapide.

Ox : Le bourrin du jeu, un gros forgeron se battant avec de gros marteaux. Lent... mais oh combien puissant !

Gobi : Un homme poisson qui adore l'argent plus que tout ! De puissance et rapidité moyenne... il restera peut-être dans votre groupe en attente la plus part du temps ^_^.

Mogu : Une petite créature venant d'un peuple maître-creuseur. Assez fort, il possède malheureusement une défense très basse.

Niveau graphique, bon, ce n'est pas affreux, mais sa reste de la technologie 1993-94 ^_^. Par contre, il faut souligner que la palette de couleurs est assez diversifiée dans ce jeu. Le fait qu'il y est beaucoup de couleurs rend les graphiques beaucoup plus agréables à regarder. Ainsi, on obtient des graphiques qui ne surprennent pas, mais dont on ne peux pas dire qu'ils sont laids.



C'est quand même très beau, non ?

Et la musique? Et bien, comme dans tous jeux Squaresoft, elle est bonne. Ce n'est pas du Nobuo Uematsu, mais la musique colle bien la où on l'entend. Et un aspect original du jeu : la musique des combats aléatoires changent au cour de l'aventure! La traditionnelle musique des boss, elle, reste toujours la même mais elle colle bien à l'action. Si on parle de celles qu'on entend durant le jeu, elles sont bien mais manque un peu de profondeur. Néanmoins, il n'y a pas de musique qui "tape sur les nerfs".

Pour les quêtes annexes, un autre jeu qui n'en a pas beaucoup. Mis à part l'équipement Dragon de Ryu et des transformations de différents persos, on n'a pas beaucoup a chercher.


-Seiken Densetsu 3 Traduit en français



-Vidéo

Troisième épisode de ce qui constitue à mes yeux la meilleure saga d’action-RPG jamais créée, Seiken Densetsu 3 sortit dans les bacs japonais fin 1995, alors que les 32 bits s’implantaient tranquillement sur le marché, entre les sorties de deux autres gros RPG de la Super Famicom: Chrono Trigger et Romancing Saga 3. Hélas, malgré l’énorme succès rencontré par son prédécesseur qui a marqué toute une génération (Secret of Mana en dehors du Japon), Squaresoft décida de nous bouder, nous et nos amis américains. Vu la qualité du soft permettant de jouer à deux, on peut leur en vouloir (qui a eu la gentillesse de nous apporter Secret Of Evermore à la place…), le Vieux Continent a tout simplement raté ce qui reste comme l’un des meilleurs action-RPG de la création.
Vaillantes fées

Dans des temps reculés lors desquels le monde était encore empli par l’obscurité, la déesse Mana affronta les huit incarnations du mal qui menèrent le monde à sa destruction avec l’épée mana, les dieux destructeurs, et les scella dans huit pierres, les pierres mana. Et, comme les ténèbres se dispersaient, le monde fut créé. La déesse Mana se changea en arbre, et se plongea dans un profond sommeil. Des années s’écoulèrent ainsi…

Mais l’ère de paix touche à sa fin, de vils individus projetant de libérer les dieux destructeurs de leur prison, afin d’obtenir un pouvoir insurpassable, et mettre le monde à leurs pieds, en conséquence de nombreux conflits sont apparus un peu partout dans le monde. Le mana est en train de disparaître rapidement de la surface de la planète. Même l’arbre Mana a commencé à montrer des signes de fatigue… La déesse mana envoya ainsi huit fées pour prévenir les hommes du danger et tenter de sauver le monde… Elles moururent une à une sur le chemin et il n’en reste plus qu’une, dernier espoir de la planète…
Choisis ton camp

Vous débutez ensuite le jeu par le choix de trois personnages parmi six, le scénario principal étant déterminé par le premier choix, certaines phases de scénario et boss déterminés par l’ensemble des trois persos. Voici une petite présentation des protagonistes.
Kevin

Jeune prince de 15 ans du royaume des bêtes, Kevin est mi-homme, mi-bête du au fait que sa mère est humaine. Il passe le plus clair de son temps avec un jeune loup, qui est son meilleur ami. Mais son père le roi commence à agir étrangement sous l’influence d’obscures personnes qui ont tué Karl, son jeune loup, et il planifie désormais d’éradiquer les humains en obtenant le pouvoir des pierres mana. Kevin part donc dégoûté de son royaume à la recherche d’un prêtre qui pourrait ressusciter son défunt compagnon.
Duran

C’est un jeune guerrier de dix sept ans reconnu du royaume de Forcena. Son père fut le meilleur soldat royal en son temps. Hélas il mourut lors de son affrontement avec l’empereur dragon, laissant Duran à la charge de sa tante. Duran voue donc son existence à la vengeance envers l’empereur dragon. Sa mission première sera d’empêcher l’invasion de Forcena par le royaume d’Altena.
Lise

Jeune amazone de 16 ans, c’est aussi la princesse du royaume du vent de Rolante. C’est une guerrière respectée qui a vite gagné ses galons dans l’armée du pays. Malgré son placement stratégique en haut d’une montagne dangereuse, le château a été infiltré et pris d’assaut, par Bigieu. Lise a réussi à s’échapper mais s’est jurée de reprendre le château et comprendre ce qui est arrivé à son frère Elliot.
Angela

Elle est la jeune (19 ans) princesse du royaume magique d’Altena. Elle a été élevée dans la solitude d’une mère trop occupée et peu désireuse de lui manifester le moindre signe d’amour. Cependant, elle a réussi à devenir une habile magicienne grâce à son ami Jose. Mais depuis l’apparition de Koren au côté de sa mère, un magicien très puissant, celle-ci a indéniablement changé. Elle prévoit maintenant d’obtenir le pouvoir des huit pierres mana et de conquérir le monde. Ils n’hésitèrent pas à tenter de sacrifier Angela. Ainsi débute la quête de cette magicienne ultra sexy (là ça y est Rotka et Spiriel vont vouloir faire le jeu) qui va l’amener à contrecarrer les plans de Koren.
Hawk

Ce fameux jeune voleur (17 ans) du royaume de Navarre vit dans la grande forteresse implantée dans le désert. Une mystérieuse femme du nom de Bigieu entra un jour dans la forteresse, ensorcelant tous les soldats et emprisonnant le roi, dans le but de récupérer les fameux pouvoirs des pierres mana. Pendant le déroulement de cette tâche, Bigieu tua Eagle, le meilleur ami de Hawk, et réussit à lui faire porter le chapeau. Il dut s’exiler, et se prépare maintenant à libérer la forteresse tout en se faisant justice de la mort de son ami.
Carlie

C’est la plus jeune, elle a 15 ans. C’est une demi-humaine avec du sang elfe dans les veines, ce qui lui vaut le mépris des elfes. Peu après sa naissance, ses parents moururent et elle fut élevée par un prêtre dans la ville de Wendel. Malgré son apparence de gros bébé, elle est assez évoluée pour son âge et maîtrise quelque peu la magie. Elle est partie à l’aventure dans l’espoir de retrouver son ami Heath, qui a mystérieusement été kidnappé. (Avez-vous remarqué que j’ai dit jeune six fois en six persos? Incroyable quand même!)
Entre temps réel et tour par tour

Je pense objectivement que tout possesseur de Super NES fan de RPG il y a dix ans a forcément joué à Seiken Densetsu 2, le mythique Secret of Mana. On peut donc légitimement s’attendre à un RPG au système de jeu très proche. Eh bien, la première chose qu’on peut dire, c’est «oui, mais non» (j’adore, ça veut rien dire). En effet, si le jeu est toujours un action-RPG proposant de multiples explorations de villages et la traversée du pays à pied, on note de nombreuses différences avec son ancêtre. Commençons par les similitudes.

Vous allez donc toujours de ville en ville dans le but d’avancer dans l’histoire. Dans celles-ci, très vivantes et disposant d’une superbe ambiance, vous pouvez discuter avec les sympathiques villageois pour obtenir des infos de toute sorte, vous reposer, planter des graines afin d’obtenir des objets spéciaux (je reviendrai sur ce point extrêmement important), faire vos emplettes en objets et en équipement. En ce qui concerne l’équipement, lors d’un achat, on vous indique les nouvelles stats amenées par l’objet. Détail anodin pour certains, mais tellement pratique (quand je pense aux jeux qui ne proposent pas cette option…). Vous avez toujours la possibilité d’avoir neuf objets de chaque sorte sur vous (c’est-à-dire utilisables en combat).

Mais les programmeurs ont prévu une sorte de «sac», qui permet d’en stocker jusqu’à 99 de chaque, et hors des combats, vous pouvez passer de votre réserve perso au sac, et vice et versa. C’est vraiment une très bonne idée. En parlant des items, sachez que les menus sont toujours sous la forme d’anneaux déroulants pour les objets et les magies. Par contre, les menus de stats, d’équipement et de stratégie (définir la tactique des persos que vous ne jouez pas) sont sous forme classique. Une fois sorti des villes, vous vous retrouvez sur la carte et marchez de lieux en lieux, de ville en ville la plupart du temps, mais certains moyens de transport seront disponibles, telles la tortue, le classique canon de la série et notre pote Flammy. Sur les chemins, vous rencontrerez de nombreux ennemis, qui sont évidemment aussi présents dans les lieux.

D’ailleurs, les lieux se résument toujours à trouver son chemin et latter les ennemis gênants, rien de plus. Là où ça diffère, c’est au niveau de ces combats. Ici, on se rapproche nettement plus d’un RPG qu’avant. Dès que vous arrivez dans le champ d’un ennemi, vos persos dégainent leur arme et se mettent en posture de combat. Vous ne pouvez alors plus courir. Bien sûr, il est toujours possible de fuir en sortant de l’écran mais éviter totalement les combats est plus ardu qu’avant. Les combats restant eux toujours de l’action-RPG classique avec des combats en temps réel. Au fur et à mesure de votre progression, vous gagnerez des attaques spéciales qui se déclenchent lorsque votre barre de pouvoir est rempli. Et cette fois, exit le système pourri et énervant de garder le bouton enfoncé pour remplir la barre: ici, elle se remplit au fur et à mesure que vous tapez.

Vous aurez au final accès à trois attaques différentes, déterminées par votre classe (j’y reviendrai aussi :p). Vous pouvez changer de perso à tout moment avec la touche Select, mais vous avez accès aux magies de tous les persos à n’importe quel moment. C’est d’ailleurs la seule partie du combat qui ne se déroule pas en temps réel. Leur choix se fait à l’aide du menu circulaire et elles se déclenchent après un petit temps de concentration. Leur nombre et leur effet dépendent de la classe du perso. Un paladin sera évidemment axé lumière avec de la guérison, un sorcier aura accès à des sorts d’attaques purs, etc. etc… Il y a vraiment toute sorte de sorts et il faudra bien étudier comment combiner tout ça pour obtenir un ensemble efficace.
C’est la classe

Et c’est là qu’intervient la grande nouveauté, il y a maintenant un système de classes. Et là, Square n’a pas fait ça à la va-vite, il est extrêmement bien fait et travaillé. Une fois au level 18, en allant sur une statue de la déesse Mana, vous aurez le choix entre deux classes, une suivant la voie de la lumière, l’autre suivant la voie de l’ombre. Les stats du perso, ses attaques et ses magies sont déterminées par sa classe, d’où l’importance de bien choisir. A partir du level 38, vous pourrez accéder à une deuxième promotion. Mais attention! Pour passer cette dernière promotion, il faut un objet spécifique, chaque promotion en ayant un associé. Pour cela, il faut récupérer des «??? seed» et les faire pousser dans une ville. Une fois le bon objet récupéré, vous pouvez changer votre classe (ça peut prendre du temps d’obtenir ce qu’on veut). Mais le jeu en vaut la chandelle!

Vos persos deviendront surpuissants, auront des attaques spéciales dévastatrices et leurs stats progresseront de façon totalement inhumaines! Pour cette dernière promotion, vous avez encore le choix entre la voie de la lumière et celle de l’ombre. C’est donc un total de quatre classes différentes par perso qui est disponible, amenant le jeu à avoir donc 30 classes différentes (en comptant les classes de base), du jamais vu pour ce genre de jeux! Et les programmeurs ont eu la bonne idée de mettre aux oubliettes le système de level d’armes et de magies -trop lourd- de l’épisode précédent pour opter vers un gain de magie au fur et à mesure de la progression du perso. Honnêtement, c’est sûrement le meilleur gameplay que j’ai vu dans ce type de jeu.
Heaven of 2D

Mais le gameplay n’est pas le seul domaine touché par la grâce de la déesse Mana! Non content de proposer une énorme durée de vie avec ses six quêtes de base différentes, chacune durant une grosse vingtaine d’heures, le jeu est sûrement le plus beau de la machine. Les décors sont magnifiques, fins, variés, exploitant la palette de la Super Famicom à la perfection, avec quelques effets de lumières très inspirés. Les personnages ne sont pas en reste, très classes, parfaitement animés, tout comme la majorité des monstres. Chaque personnage possède des petites mimiques qui le rendent incroyablement attachant. Et que dire des magies, mêlant habilement effets de transparence somptueux avec des déformations d’une fluidité sans faille.

Mais la technique pure ne fait pas tout, elle ne fait que servir un design fantastique et un univers parfaitement mis en place. Si la 2D restera dans les annales, la bande-son peut aisément lui contester le titre de qualité principale du jeu. Si je ne devais retenir que trois bandes-son sur Super NES, elle en ferait assurément partie, avec celles de Final Fantasy VI et Chrono Trigger. Les thèmes sont tellement beaux, tellement variés qu’on se demande où Hiroki Kikuta a puisé son inspiration. Le meilleur thème étant à mon sens « Innocent Sea », un superbe thème joué à la guitare, mais que le choix est dur devant une bande-son de ce niveau.
En conclusion

Pour moi comme pour d’autres, Seiken Densetsu 3 est le meilleur action-RPG de tous les temps, que tout fan de RPG se doit de faire. Une ode à la beauté, la musicalité et au plaisir de jeu, à partager à deux. Merci Squaresoft d’avoir sorti Secret Of Evermore à la place chez nous, quel bon choix…

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » dim. 1 févr. 2009 23:34

Le 6 en fr a combien ?

sinom voici une liste de se que j'aimerais :
Cronos Trigger
FFIV
FFV
Tale of phantasia
Star Fox 2

_________________
Vous m'aimez ? Ba pas moi !!!
Je suis un admin qui en rame pas une et préfère laisser le travail a ceux qui aiment ça.

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » dim. 1 févr. 2009 23:56



-Mr Nutz: Hoppin' Mad(unreleased game)



-Vidéo



-Super bubble bobble




-Vidéo



-Mega Man x3



-Vidéo


-Alien Soldier



-Vidéo

Imaginez un jeu d’action type Contra ou Gunstar Heroes du même éditeur où vous pourriez choisir 4 armes de votre choix parmi 6. Imaginez un jeu extrêmement rapide possédant de nombreux niveaux avec à chaque fois un boss coriace vous attendant à la fin. Imaginez un héros à tête d’aigle apportant avec lui une large panoplie de mouvements comme la possibilité de faire une accélération impressionnante pour pouvoir éviter les tirs ou bien avoir la faculté de s’arrêter dans les airs permettant entre autres d’effectuer un double saut. Bon allez, cessez d’imaginer, cela ne sert à rien, votre imagination a un nom, et ce nom c’est Alien Soldier.

Source:http://www.emunova.net/veda/test/147.htm

-Gley Lancer



-Vidéo



Gley Lancer
Glacier Global Defense
Megadrive Année : Testé par KatmodaTous les articles de Katmoda
Editeur : NCS
Un joueur
Scrolling Horizontal




Sympathique bien que classique, Gley Lancer se démarque du lot par sa gestion plaisante de l'armement. Au commande du traditionnel chasseur de l'espace, on peut choisir (avant la partie, dans les options) la façon dont sera géré e tir spécial (tir frontal, arrière, guidé, automatique, rotatif, etc). C'est très souple, et très bien vu. Le vaisseau dispose d'un banal tir vers l'avant, et d'un tir spécial donc, modifiable par ramassage de power up. La panoplie est vaste (lance flamme, lance aiguille, lance grenade, balles rebondissantes, sabre laser etc etc) et certaines armes sont efficaces et agréables à jouer.
Le look est tout à fait plaisant, avec des tonnes de scrollings, sans pour autant entrer dans la catégorie chef-d'oeuvres (petit reproche, au level 1, l'action est assez confuse). Les boss sont amusants, assez glauques dans l'ensemble.
Les bruitages sont plutôt moyens mais la musique est excellente, chaque thème est une réussite, accompagnant parfaitement les levels.
Le gameplay est assez accrocheur, le jeu relativement facile, on passe facilement de bons moments à y jouer.
Un bon petit jeu =)

Source:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=237

-Lobo (unreleased game)



-Vidéo

Lobo est l’un des personnages phares des comics,les fameuses BD Americaines .
Sa puissance en fait le héros idéal d’un jeu de baston .

Ce jeu n'ai jamais sortie dans le commerce


-Megaman The Wily Wars



-Vidéo

L’une des plus grandes victoires de Sega, au cours de la guerre des consoles qui l’opposa à Nintendo tout au long des années 90, fut l’annonce que Konami et Capcom, deux des plus brillants éditeurs à la solde de Nintendo, allaient enfin développer des jeux pour les consoles Sega. Avec le portage de licences aussi prestigieuses que Street Fighter II, les Tortues Ninjas, les Tiny Toons ou Castlevania, Sega marquait des points contre son rival de toujours, qui pouvait jusque là compter sur ces exclusivités pour se démarquer de la firme au hérisson bleu. Pourtant, un héros de légende manquait toujours à l’appel : le petit robot Megaman inventé par Capcom. Ce fut finalement en 1994 que le petit androïde bleu vint poser ses bottes d’acier sur Megadrive avec, non pas un jeu original, mais une compilation de ses trois premières aventures.

The Wily Wars est basé sur le même principe que Super Mario All-Stars, à savoir qu’il s’agit d’une compilation retravaillée graphiquement de softs qui firent les beaux jours des consoles 8-bits. Dans le cas qui nous occupe ici, il s’agit donc des trois premiers épisodes des aventures de Megaman. Cependant, contrairement à Super Mario All-Stars, les différences entre ces trois jeux restent assez minimes, la série s’étant toujours bien davantage distinguée par le challenge élevé qu’elle offrait aux joueurs que par une originalité de tous les instants.

Source:http://www.emunova.net/veda/test/2579.htm

-Thunder Force 3



-Vidéo

Les vraies grandes sagas du shoot, celles qui traversent les ans au fil d'épisodes fleuves qui n'auraient rien à envier à une saison de Dallas, sont malgré tout relativement peu nombreuses: Space Invaders, R-Type, Gradius, les 19XX, Aerofighters peut-être mais surtout... Thunderforce. Une série en (il me semble) 7 volets, dont un portage arcade médiocre, une version SNES et un très mystérieux premier épisode sur PC88.

Le vaisseau dispose d'un ratelier d'armes entre lesquelles on bascule avec un bouton. Un autre bouton permet de régler la vitesse de déplacement de l'engin. Les armes se gagnent en ramassant des items marqués d'une lettre: de conception plutot classiques, elles vont de la sulfateuse simple au tir en onde en passant par les tirs arrières. Deux modules peuvent parfois être gagnés, ainsi qu'un bouclier.

A la famille R-Type au tempo lent et inquiétant Thunderforce III oppose un gameplay ultranerveux, des scrollings rapides, une action moins lugubre, basée sur la surprise et la vivacité. Vous aurez d'ailleurs autant à vous battre contre les ennemis, qui tirent souvent une demi seconde après être apparus (si possible derrière le vaisseau), que contre le décor.

En effet les collisions sont fatales et sévèrement gérées: le décor est vicieux au possible, avec des pièges variant suivant les thèmes. A chaque planète correspond en effet une ambiance visuelle: monde sous-marin, descente dans des glaciers vertigineux, jungle opressante, rochers instables, volcan et lave (avec ses célèbres effets de distortion dans le décor qui ont fait pour beaucoup de TF3 le "jeu avec les trucs de folie dans la lave")... On aura ainsi affaire à des boules de magma explosives, des plafonds qui s'effondrent (un level atroce), des bulles poussant le vaisseau vers les rochers, etc, le tout souvent à grande vitesse. TF3 demande de bonnes notions de pilotage, avec un gameplay millimétré et sans pitié, qui demandera autant de réflexes qu'une connaissance du level pour en voir le bout.

Source:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=450

-Thunder Force 4




-Vidéo

L’ordinateur central Lohun n’a pas été détruit lors de votre précédent raid, il vous faut reprendre les commandes de votre vaisseau Stukk. Sous ce scénario d’une grande originalité se cache le plus étonnant shoot de la megadrive. Un véritable défi technique pour l’époque.

Digne successeur de la série des Thunder force, ce quatrième opus s’octroie l’originalité d’être carrément meilleur que son prédécesseur et c’était pas une mince affaire. Thunder force IV reprends le système d’armement classique du 3 : un tir avant, un tir arrière en série upgradable et 3 armes supplémentaires toutes plus utiles les unes que les autres (surtout le hunter). Le jeu se parcourt sur 10 niveaux d’enfer, le tout accompagné par ce qui a fait la force de Technosoft: une musique hard-rock-synthé particulièrement entraînante.

Les graphismes sont d’une grande beauté, surtout pour l’époque (du jamais vu) et les niveaux sont suffisamment différents pour vous tenir en haleine un bon moment (une mention spéciale pour le niveau 5). On hallucine même sur le nombre de sprites affichés simultanément à l’écran en plus des scrollings.

Mais tout ça à un prix : l’animation en prends un coup sur certaines séquences et sa ralentit sec (ce qui n’est pas forcément désavantageux par moment). Malgré cela Thunder force IV est un grand moment de jeu qu’il ne faut pas manquer pour tout shooter qui se respecte.

Source:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=275

-Sonic Megamix



-Vidéo

Sonic Megamix est un remix de Sonic 1 qui intègre pas mal d'éléments nouveaux des dernier Sonic sortie plus récemment, comme le "Homing Attack", le "Light Dash" (qui permet de suivre les anneaux à vitesse dingue repris du Sonic Adventure), et d'autres techniques.

De plus, 3 personnages sont jouable dans cette version (en plus de sonic) + un perso caché (Shadow, Knuckles, et Mighty) et chacun ont leurs propes capacitées.

En ce qui concerne le jeu, deux modes sont proposé:

-Mode normal
(là, les maps ont été completement redessinées, les couleurs changées, musique réarangée).
Le résultat n'est pas mal du tout. De nouveaux mouvements font leur apparition pour les personnages, et bien sûr, on peut jouer avec plusieurs l'un des 4 persos disponible.

-Mode original
(ont rejout au Sonic 1 sans modifiacation mais avec l'ajout des nouveaux personnages/mouvement).

Le jeux est ultra speed (même bcp plus que le 3)

-SplatterHouse 3



-Vidéo

Troisième et dernière suite de la saga Splatterhouse, ce volet inaugure de nombreuses évolutions dans le gameplay. Tout d’abord, le scrolling n’est plus uniquement horizontal, il est également possible de se déplacer verticalement, à la manière d’un Street of rage.

Autre innovation, le jeu introduit un système de power up qui vont remplir une jauge de puissance. Lorsque vous le désirez, vous pouvez activer ce power up et augmenter la portée et la puissance de vos coups durant un laps de temps limité
Désormais vous n’êtes plus tenu d’avancer coûte que coûte, mais vous pouvez aussi explorer chacun des 5 immenses niveaux, organisés comme un labyrinthe. Mais attention : Vous êtes limité en temps et il faudra trouver et tuer le boss avant la fin du chrono si vous voulez sauver votre famille des griffes des zombies. Car désormais il n’y a pas une seule mais plusieurs fins, que vous réussissiez ou pas à sauver votre famille.

Source:http://www.emunova.net/veda/test/377.htm

-Street of rage 3




-Vidéo

Mister X est une fois de plus de retour avec un nouveau plan qui consiste à remplacer les têtes pensantes de la ville par leur réplique robotisée. Comme si ce n’était pas assez et pour compliquer la tâche de la police, il a aussi préparé quelques petites bombes éparpillées aux quatre coins de la ville. Vous avez compris, la situation est grave, et comme toujours c’est vous qui allez devoir vous en charger.

Voici donc le dernier épisode de la saga Streets of Rage sur Megadrive et le dernier tout court d’ailleurs. Après un premier Streets of Rage assez impressionnant mais techniquement perfectible et un deuxième opus tout aussi intéressant mais largement plus évolué techniquement, Sega a la lourde tâche d’améliorer encore la meilleure série des beat-them-all.sur sa console 16 bits. A-t-il réussi ?

Vous commencez le jeu avec un choix de 4 personnages, les traditionnels Axel et Blaze, le jeune Skate avec ses rollers et un petit nouveau « Zan », un cyborg, mais des astuces permettent de pouvoir contrôler un kangourou « Roo » et un autre personnage du nom de « Shiva » qui n’est autre que le sous-boss de Streets of Rage 2.

Source:http://www.emunova.net/veda/test/273.htm

- Snow Bros



-Vidéo

Dans le domaine des jeux de plates-formes jouables à deux, il existait par le passé une recette quasi-parfaite qui a fait les beaux jours des consoles et des micro des années 80 avant de disparaître presque complètement à l’arrivée des consoles 32-bits : il s’agissait des jeux de tableaux. Ces softs étaient constitués d’une succession de tableaux fixes qui comportaient un grand nombre de plates-formes géométriques à l’agencement varié, et des décors d’arrière plan enfantins, avec un boss de temps à autre. Les tableaux étaient peuplés de petits ennemis ridicules qui laissaient derrière eux des bonus après avoir été éliminés. Et bien entendu, le player fun de ces softs était assez limité en solo mais se muait en franche partie de rigolade, avec compétition forcenée, traîtrise et coups fourrés en nombre dès qu’on dénichait un ami pour participer à l’aventure. Les représentants les plus emblématiques du genre furent le célèbre Bubble Bobble de Taito et ses suites Parasol Stars et Rainbow Islands.

Mais Taito ne régna pas seul sur cette amusante sous-variété du genre plates-formes : d’autres éditeurs s’engouffrèrent très vite dans la brèche, à commencer par Toaplan avec Snow Bros. Dans ce dernier jeu, ce ne sont pas des petits dragons cracheurs de bulles, ni de petits personnages créateurs d’arcs-en-ciel qui tiennent la vedette. Non, Nick et Tom, nos deux héros d’un jour, sont deux petits bonshommes de neige en salopette colorée. En tirant un certain nombre de petits projectiles sur un ennemi, les deux personnages peuvent enfermer ce dernier dans une boule de neige. Il ne leur reste alors plus qu’à pousser la boule de neige à l’endroit souhaité et à lui donner l’impulsion nécessaire pour qu’elle dévale tout le tableau, écrabouillant au passage tous les promeneurs situés sur son chemin. S’ils n’y prennent pas garde, Nick et Tom peuvent eux aussi être emportés par la boule de neige et dévaler l’écran en sa compagnie, ce qui a au moins le mérite de leur permettre de voyager plus vite. Les ennemis écrasés laissent parfois derrière eux une fiole qui donnera des pouvoirs spéciaux aux deux héros, comme le fait d’enfermer les ennemis plus rapidement dans une boule de neige, ou une vitesse de déplacement accrue. Snow Bros se subdivise en mondes de 10 écrans chacun, avec un boss au dixième tableau. S’ils traînent trop à débarrasser l’écran de ses occupants, un ennemi invincible apparaîtra (comme dans Bubble Bobble) mais il s’agit cette fois d’un spectre à tête de citrouille.

Source:http://www.emunova.net/veda/test/1870.htm

- Tétris



-Vidéo

Un Tetris selon SEGA et qui était prêt à être vendu...
Mais un problème de licence (avec Nintendo) aurait annulé la vente de ce jeu et entrainé la destruction des jeux.
On estime à environ une dizaine d'exemplaires de ce jeu restant dans le monde.
La dernière enchère de ce jeu a conduit à un prix de 2500€ (sur Yahoo Auction Japan)

Alors vous comprenez pourquoi il vaut mieux avoir le cartmodding lol .

- Battle mania




-Vidéo

Pourquoi ce titre? : Trouble Shooter est le nom de code de l'équipe formée par les deux héroines, Crystal et Madison. Faut dire que "Dirty Pair" était déjà pris.

Vous vous souvenez de Forgotten Worlds avec ses deux héros dopés de testostérone ? Et bien, nous avons un jeu très similaire, à ceci près que les héros ont changé de sexe, que les décors apocalyptiques ont laissé place à de jolis panoramas au style très "manga".

L'originalité du jeu repose sur la totale complémentarité des deux héroines. Car non, vous ne devez pas choisir entre elles, mais bien les diriger toutes les deux simultanément, selon un schéma très simple: une se charge des attaques frontales, l'autre défend vos arrières. Cette complémentarité me rappelle un peu l'équipe Kaylus/dragon dans Dragon Breed, autrement dit il ne faudra négliger ni l'une ni l'autre des deux protagonistes.

Vous disposez d'un tir principal et de 4 tirs complémentaires et évolutifs, qui une fois utilisés, se rechargeront automatiquement après un petit laps de temps, ce qui offre au gameplay d'intéressantes combinaisons. Les décors fins et détaillés sont du plus bel effet, les bgm correctes sans pour autant être sublimes (je trouve qu'on ne perçoit pas d'ambiance spéciale à travers les musiques). Le déroulement du jeu échappe à une certaine linéarité grâce à la configuration des levels qui une fois encore, rappelle Forgotten Worlds. De plus, les boss sont omniprésents et tous très originaux. Robots ou même personnages ennemis, ils sont partout: boss de fin de niveau certes, mais aussi de mi-niveau et même certains qui ne serviront finalement qu'à vous entrainer avant l'arrivée du "vrai" ennemi de fin... Et heureusement que ces ennemis plus coriaces sont nombreux, car sans eux, le jeu serait franchement une promenade de santé pour n'importe qui. Car le niveau de difficulté est relativement bas dans l'ensemble.

S'agit-il d'un "jeu pour filles" vu la nature des protagonistes et une difficulté revue à la baisse par des programmeurs qui ont peut-être voulu créer un jeu qui ne rebuterait pas le public féminin ? Peut-être, peut-être pas... Je vous rassure en tous cas, même les mecs sauront l'apprécier, comme un bon jeu bien sympa mais à cent lieues du standard des shooters apocalyptiques à la difficulté surhumaine. Vous êtes prévenus: Trouble Shooter est un bon petit jeu, mais si vous êtes du genre à rechercher un challenge meurtrier dans des ambiances glauques, organiques ou bien destroy, un MUSHA ou un Thunder force III me semblent plus indiqués.

Je ne peux m'empêcher de dire que j'ai personnellement beaucoup apprécié ce jeu qui me fait vraiment penser aux "Anges de la Galaxie", c'est à dire à Dan et Dany, (Kei et Yuri en VO dans Dirty Pair), une sympathique petie série de 1985 du Studio Sunrise que je vous invite à découvrir ou à revoir.

Source:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=877


-Battle mania 2



-Vidéo




Battle Mania II
Battle Mania Battle Squadron
Trouble Shooter Vintage
Megadrive Année : Testé par KatmodaTous les articles de Katmoda
Editeur : Vic Tokai Dernière màj. le 23-02-2007
Un joueur
Scrolling Horizontal




Trouble Shooter Vintage est le jeu qui met en scène les petites amies des marines volants de Forgotten Worlds, avec ces 2 petites nanas volantes et surarmées.

On est d'abord séduit par la quantité d'options proposées dans le menu du même nom: tir orientable ou non, gestion du module, difficulté, etc. On peut ensuite avant de commencer choisir son attaque spéciale (éclair, big lames, feu,...). Le jeu en lui-même est un shoot horizontal plutôt sympathique, surtout en optant pour le tir orientable, avec de nombreux rebondissements en cours de route. On note des passages très originaux, comme le level 2 où le joueur contrôle les 2 personnages en même temps, c'est amusant et assez intéressant.

Le jeu surprend aussi par sa relative incohérence visuelle. Les graphismes sont plutôt réussis mais mettent en scène des personnages et des décors qui n'ont ni queue ni tête. Dans le même level urbain on sera par exemple attaqué par des météorites, des têtes de morts, des disques colorés, des poissons mutants, des magiciens et ainsi de suite... L'ensemble est assez déroutant (sans doute une référence à l'univers d'un manga, les levels étant de plus entrecoupés de petites scènes BD)

Le gameplay est correct, le jeu pas trop difficile. A essayer pour les amateurs du genre.

Source:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=233

-Panorama cotton





-Vidéo

Après une intro bien mignonne, on s'attend à un petit shoot à scroll horizontal classique, mais non, Panorama Cotton est un bon gros shmup en vue arrière façon Space Harrier. Chevauchant son balai magique, Cotton la sorcière traverse à toute vitesse des niveau semés d'embûches et d'ennemis. Elle peut tirer, utiliser des magies, gérer sa vitesse, gagner de l'expérience...
Les graphismes sont très sympas, l'animation est fluide, les sprites ennemis sont marrants. Les décors n'ont pas été abandonnés, comme trop souvent dans ce type de jeu. Point très intéressant, on est souvent amené a choisir sa route dans des bifurcations vers le haut ou le bas, c'est bien vu.
La musique est elle aussi plutôt agréable, les bruitages sont un peu légers. Au niveau du gameplay, Panorama Cotton souffre des défauts classiques aux shoots en pseudo perspective (vision bouchée, difficulté à se situer) mais à une échelle moindre, le jeu est au final tout à fait jouable, rapide et entraînant.
Un shoot en vue arrière plutôt réussi donc, avec en plus une ambiance rigolote.

Source:http://www.shmup.com/index.php?page=fiche&id=243


-Contra Hard Corps



-Vidéo


Probotector (désolé je suis encore Européen au dernier recensement) donc, arrive en 1994 sur Mega Drive et on se demandait à quoi il pourrait bien ressembler d'autant que la console de SEGA ne disposait pas de tout l'attirail de gadgets visuels de sa meilleure ennemie. Mais c'était sans compter sur les programmeurs de chez Konami qui avait déjà prouvé avec Rocket Knight qu'il ne leur fallait pas 3 siècles pour apprivoiser une machine et qu'ils étaient tout à fait capables d'exploiter à fond une console dès leurs premiers essais. La Mega Drive comme chacun sait dispose de moins de couleurs affichables simultanément à l'écran et de moins d'effets graphiques tapes à l'œil que la 16 bits de Nintendo, mais cela n'a pas effrayé les concepteurs qui savaient surement qu'ils pourraient en revanche compter sur un processeur central plus véloce. Et ceci a son importance car depuis son passage sur Super Nintendo la série avait une réputation de jeu à grand spectacle à tenir.

Source:http://forums.planetemu.net/showthread.php?t=13385

Avatar de l’utilisateur
JasonSlaye
Messages : 209
Enregistré le : dim. 8 nov. 2009 00:00
Localisation : Thionville
Contact :

Messagepar JasonSlaye » lun. 2 févr. 2009 02:45

ah ok donc je te fais le ff6 fr pour 40 roro plus lettre max en frais de port coute 3,4 € toto 43,40 fdin (si sa passe en lettre max ?) tu m'envoie un mp pour confirmer car sinon il y aura bientot quinze page Very Happy
Je participe très peu au forums. Je suis un ancien admin qui utilise maintenant le forum pour écrire es tutoriels et partager ses créations :2269859545:

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » lun. 2 févr. 2009 06:57

Salut , combien couterais un Super Mario RPG + Chrono Trigger en FR ?
Vu le prix de la version US ...
Quel genre de jeux te faut-il pour faire ceux-ci ?

Avatar de l’utilisateur
darius
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 36513
Enregistré le : sam. 6 janv. 2007 00:00
Localisation : Boissy Aux Cailles
Contact :

Messagepar darius » lun. 2 févr. 2009 10:52

OncleShu a écrit:
Salut , combien couterais un Super Mario RPG + Chrono Trigger en FR ?
Vu le prix de la version US ...
Quel genre de jeux te faut-il pour faire ceux-ci ?

alors pour mario rpg il faut un mario rpg pas le choix

pou chrono tigger il faudrai:

-Illusion of Time Pal
-Terranigma Pal
-Secret of Evermore Pal
Image
MES VENTES (allez fouiller ;) )
ARRIVAGES RECENTS (abonnez vous a ce topic pour etre prevenus des mises en vente)
RESERVATIONS (postez y ce que vous voulez acheter et vos questions)
EVALUATIONS (parceque vous aimerez savoir a qui vous envoyez vos sous :D )

Avatar de l’utilisateur
bwz
Messages : 128
Enregistré le : jeu. 10 avr. 2008 00:00
Contact :

Messagepar bwz » lun. 2 févr. 2009 20:22

ajout de jeux snes Wink

Avatar de l’utilisateur
darius
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 36513
Enregistré le : sam. 6 janv. 2007 00:00
Localisation : Boissy Aux Cailles
Contact :

Messagepar darius » lun. 2 févr. 2009 20:33

Il faut la version jap ou us de mario rpg ??
Image
MES VENTES (allez fouiller ;) )
ARRIVAGES RECENTS (abonnez vous a ce topic pour etre prevenus des mises en vente)
RESERVATIONS (postez y ce que vous voulez acheter et vos questions)
EVALUATIONS (parceque vous aimerez savoir a qui vous envoyez vos sous :D )

Avatar de l’utilisateur
darius
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 36513
Enregistré le : sam. 6 janv. 2007 00:00
Localisation : Boissy Aux Cailles
Contact :

Messagepar darius » lun. 2 févr. 2009 20:51

jap serai mieux cela évitera de découper ta console Laughing
Image
MES VENTES (allez fouiller ;) )
ARRIVAGES RECENTS (abonnez vous a ce topic pour etre prevenus des mises en vente)
RESERVATIONS (postez y ce que vous voulez acheter et vos questions)
EVALUATIONS (parceque vous aimerez savoir a qui vous envoyez vos sous :D )

Avatar de l’utilisateur
darius
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 36513
Enregistré le : sam. 6 janv. 2007 00:00
Localisation : Boissy Aux Cailles
Contact :

Messagepar darius » mar. 3 févr. 2009 06:40

Si je te fournis un super mario rpg jap a combien me fais-tu le jeu traduit en fr ?
Quelle cartoiuche faut-il pour Seiken Densetsu 3 ?
Selon le prix je vais plutot choisir super mario rpg + Seiken Densetsu 3
Sinon seulement l'un des deux =)
EDIT : question bete , avec un Seiken Densetsu 3 c'est bon pour pour faire Seiken Densetsu 3 ? ...
C'est risqué pour les cartouches ou pas ?
C'est pour savoir si je t'envoi les cartouches de ma collec ou si j'en chope en loose par la ( car je préfere avec la cartouche du jeu qui va avec , plutot qu'un terranigma avec chrono triggfer dedans par exemple , tu comprends ).
Admetons je t'envoie mario rpg jap + Seiken Densetsu 3 jap pour que tu me les traduise , a combien cela me reviendrais-t-il en comptans les frais de retour ??
Merci a toi !
Image
MES VENTES (allez fouiller ;) )
ARRIVAGES RECENTS (abonnez vous a ce topic pour etre prevenus des mises en vente)
RESERVATIONS (postez y ce que vous voulez acheter et vos questions)
EVALUATIONS (parceque vous aimerez savoir a qui vous envoyez vos sous :D )

Avatar de l’utilisateur
darius
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 36513
Enregistré le : sam. 6 janv. 2007 00:00
Localisation : Boissy Aux Cailles
Contact :

Messagepar darius » mar. 3 févr. 2009 07:12

Oncleshu tu veux pas me faire crédit ? lol

_________________
Vous m'aimez ? Ba pas moi !!!
Je suis un admin qui en rame pas une et préfère laisser le travail a ceux qui aiment ça.
Image
MES VENTES (allez fouiller ;) )
ARRIVAGES RECENTS (abonnez vous a ce topic pour etre prevenus des mises en vente)
RESERVATIONS (postez y ce que vous voulez acheter et vos questions)
EVALUATIONS (parceque vous aimerez savoir a qui vous envoyez vos sous :D )

Avatar de l’utilisateur
darius
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 36513
Enregistré le : sam. 6 janv. 2007 00:00
Localisation : Boissy Aux Cailles
Contact :

Messagepar darius » mar. 3 févr. 2009 07:14

JasonSlaye a écrit:
Oncleshu tu veux pas me faire crédit ? lol
Haha , ça depends de ce que tu veu et le prix ...
Deja je suis meme pas sur de me faire les 2 que je voulais car ça a l'air delicat et couteux !
Image
MES VENTES (allez fouiller ;) )
ARRIVAGES RECENTS (abonnez vous a ce topic pour etre prevenus des mises en vente)
RESERVATIONS (postez y ce que vous voulez acheter et vos questions)
EVALUATIONS (parceque vous aimerez savoir a qui vous envoyez vos sous :D )

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » mar. 3 févr. 2009 11:53

OncleShu a écrit:
JasonSlaye a écrit:
Oncleshu tu veux pas me faire crédit ? lol
Haha , ça depends de ce que tu veu et le prix ...
Deja je suis meme pas sur de me faire les 2 que je voulais car ça a l'air delicat et couteux !

regarde tes mp et ajout au passage de jeux md Very Happy

boolga

Messagepar boolga » jeu. 12 févr. 2009 12:06

new snes Star Fox 2 bêta fr Very Happy

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » jeu. 12 févr. 2009 14:15

new nes recca summer carnival'92

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » jeu. 12 févr. 2009 15:55

le FF1 traduit en french : méme les menus ? tout ? wha !
sur cartouche nes ou famicom ?
y'a une belle etiquette ? Very Happy on peux voir ?
et combien ca coute ?
tu vas faire les autres ?
t'en a pas marre de mes questions ?
et dieu dans tout ca ?

@ tout' Smile

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » jeu. 12 févr. 2009 16:08

répondu par mp Smile

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » jeu. 12 févr. 2009 17:02

répond ici, ca nous interresse aussi Smile

_________________

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » jeu. 12 févr. 2009 17:11

c'est fonction de beaucoup de chose ,si vous fournisser les jeux ou pas par exemple ,si vous avez des trucs a l'échange mais en moyenne faut compter pour ff6 40 euros avec le jeu fourni pour le faire voila et 20 pour mario rpg toujours avec le jeu fourni etc...

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » jeu. 12 févr. 2009 20:17

et hop un nouveau thunder force 4 md

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » ven. 13 févr. 2009 11:22

aller qui n'en veux oublier pas que je suis ouvert a l'échange faite vos proposition je vous répondrai Wink

Avatar de l’utilisateur
Oncle__Shu
Messages : 1101
Enregistré le : mar. 9 juin 2009 00:00
Contact :

Messagepar Oncle__Shu » ven. 13 févr. 2009 12:35

http://saturn.netboarder.com/vos-reactions-et-vos-collections-f4/ma-collec-t296.htm

sur le 2eme post mes collecs famicom (presque rien !)
regarde si des jeux sont compatibles pour FF1 Very Happy
(de preferences des jeux de sports en loose ou autres Laughing )


Retourner vers « Proto Tuning Peintures sur consoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité